Un homme tué par un lion échappé d’un parc à Kenya

Ce lundi 9 décembre, un lion a attaqué et mangé un homme à Nairobi après s’être échappé du Parc national situé au sud de la capitale kenyane, ont annoncé les autorités chargées de la faune sauvage, avertissant que l’animal était toujours en liberté dans la ville.

publicités

Les restes d’un homme, notamment sa tête et un de ses bras, ont été retrouvés dans la zone où le dangereux prédateur a été repéré, a fait savoir Le Daily Nation. L’homme a été tué alors qu’il rentrait chez lui le soir après sa journée de travail.

Pour favoriser la migration traditionnelle d’animaux à la recherche de pâturage, ce parc n’est que partiellement entouré de clôtures électriques. Et c’est ce lundi que le Service kényan de la faune sauvage (KWS), qui gère le parc national, a assuré que le lion qui s’est enfui des lieux était toujours en liberté, rapporte le 20 minutes. Depuis trois jours, le félin est activement recherché par le KWS afin qu’il puisse être endormi et capturé pour éviter un second drame.

publicités

Dans un communiqué, le personnel du KWS appelle le public à « rester calme et à ne pas s’aventurer dehors la nuit jusqu’à ce que le lion soit capturé » . Une équipe composée de rangers et d’un vétérinaire s’est lancée à la recherche de l’animal pour le ramener au parc, est-il précisé.

Des espèces menacées comme les lions, les léopards, les rhinocéros et les buffles vivent dans le parc, sur fond de gratte-ciel. Le parc n’est qu’à sept kilomètres du centre de Nairobi et ce n’est pas la première fois que des animaux errent dans cette ville de plus de quatre millions d’habitants. En mars 2016, un lion avait été abattu après s’être glissé hors du parc et avoir attaqué et blessé un homme. En février 2016, deux lions avaient erré pendant une journée dans Kibera, un bidonville densément peuplé, avant de retourner dans le parc. Quelques jours plus tard, d’autres lions avaient été repérés en ville.

publicités

Pour les défenseurs de la nature, les félins ne « s’échappent » pas du parc et ne « s’égarent » pas en ville car ce sont les hommes qui envahissent l’habitat des lions. En effet, d’après eux, les lions étaient présents dans cette zone avant les habitants de Nairobi. En raison du développement de Nairobi, les félins subissent une pression croissante, au même rythme que la capitale, qui grandit de jour en jour. Avec près de 4 millions d’habitants, Nairobi est l’une des villes d’Afrique dont la croissance augmente le plus rapidement.

Franbuzz sur Facebook

Répondre