Un instituteur qui a mis enceinte une mineure de 16 ans reste malgré tout à son poste d’enseignant

Un arbitre dans le New Jersey a jugé qu’un ex-prêtre qui avait été renvoyé du ministère après avoir affirmé avoir imprégné un paroissien de 14 ans, et qui l’a mise enceinte à l’âge de 16 ans, devrait conserver son poste d’enseignant dans un collège, car la direction de l’école était au courant des mauvais traitements subis par le passé. 17 ans.

L’ancien révérend Joseph DeShan a quitté la prêtrise en 1989 et a été nommé sur la liste des délinquants sexuels «accusés de manière crédible» du diocèse de Bridgeport. Depuis 1996, il enseigne l’anglais aux élèves de sixième année du district scolaire de Cinnaminson, dans le New Jersey. En 2002, le district a appris l’existence de ces allégations d’abus après leur publication dans la presse, mais a choisi de ne pas virer DeShan.

Sa relation avec la jeune fille a commencé en 1988, alors qu’il était prêtre catholique romain à Bridgeport, Connecticut, selon les registres de l’État du New Jersey.
La jeune fille travaillait au presbytère à l’époque, jusqu’à ce qu’elle soit congédiée par l’évêque de Bridgeport Edward Egan. L’évêque n’a pas informé la police de la situation, selon le Connecticut Post.

publicités

En fait, la question a été balayée du revers de la main et tout semblait revenir à la normale pour Joseph DeShan.
« Il est revenu aujourd’hui et il a été très bien accueilli par ses élèves et ses collègues », a déclaré le Dr Salvatore J. Illuzi, surintendant local des écoles, au NY Times.
Le rapport indique qu’un couple a demandé que leur fille ne soit pas placée dans sa classe, mais que, dans l’ensemble, la communauté scolaire l’a accepté. « Si en effet, si la communauté lui a donné autant de soutien », a dit le maire William Kollar de Cinnaminson au NY Times, laissez-le faire.
Récemment, les parents ont commencé à voir les choses différemment sur cette ancienne affaire.

publicités

Les responsables de l’école Cinnaminson ont porté des accusations contre Joseph DeShan en janvier, après une réunion du conseil scolaire où les parents ont exprimé qu’ils n’étaient plus à l’aise avec le fait que Joseph DeShan reste dans la classe, selon les dossiers de l’État.
Les dossiers indiquent que le mouvement actuel pour faire sortir Joseph DeShan a eu lieu après qu’il eut fait un commentaire à une élève qui la mettait mal à l’aise.
« Regarde-moi. Fais-moi voir tes jolis yeux verts. On ne les voit plus trop souvent », a-t-il dit à l’élève.
Lors de la réunion du conseil scolaire en octobre, les parents ont dit que leurs enfants considéraient Joseph DeShan comme un violeur et qu’ils ne trouvaient pas logique qu’il soit entouré d’enfants, surtout d’enfants du même âge que la mineure avec qui il avait eu des relations sexuelles illicites. Ils l’ont aussi qualifié de pédophile, d’après les dossiers.

[Le district de Cinnaminson ne peut pas virer une ex-prêtre qui a mis en enceinte une fille. L’arbitre dit que Joseph DeShan peut retourner en classe parce que le district de Cinnaminson n’a rien fait contre l’ancien prêtre en 2002.] (Traduction du post ci-dessus)
L’arbitre de l’État a dit au district scolaire que M. DeShan ne pouvait être démis de ses fonctions et a ordonné au conseil scolaire de réintégrer M. DeShan avec tous ses avantages, selon les dossiers.

publicités

L’arbitre a écrit que les accusations sont « fondées sur des allégations de ouï-dire » et qu’il s’agit d’une question qui a déjà été abordée par la Commission scolaire il y a des années.
L’arbitre cite la situation antérieure où l’administration « a suspendu, enquêté et l’a renvoyé en classe il y a plus de 16 ans ». L’arbitre de l’État a écrit que les nouvelles demandes des parents au sujet d’une vieille question ne donnent pas à la commission scolaire le droit de changer d’idée.

[Un ancien prêtre conserve son poste d’enseignant de 6eme malgré des allégations antérieures d’abus sexuels commis contre une adolescente.
Joseph DeShan a eu un enfant avec une fille de 16 ans lorsqu’il était prêtre en 1990. Un arbitre de l’État dit qu’il peut continuer à être entouré d’enfants.] (Traduction du  post ci-dessus)

Les documents mentionnent le fait que le conseil scolaire cherche à porter de nouvelles accusations à l’égard d’une ancienne situation qu’il avait auparavant permise, parce que le conseil scolaire soutient que « les opinions des parents et de la société ont changé de sorte que la conduite passée rend maintenant l’intimée inapte pour la salle de classe ». L’arbitre n’est pas d’accord pour dire que le changement d’opinion constitue un motif suffisant pour justifier les mesures que le conseil veut prendre.

L’arbitre a également qualifié le commentaire des « yeux verts » de ouï-dire.

Sources: Dailymailepochtimeshuffpost

Franbuzz sur Facebook

Répondre