Un lycéen se suicide, sa maman va faire une horrible découverte en regardant ses SMS (vidéo)

Le fléau du harcèlement scolaire

Daniel Briggs n’avait que 16 ans lorsqu’il est mort. Le jeune homme subissait le harcèlement quotidien des élèves de son lycée. C’était un garçon qui aimait la nature, le grand air, il était très intelligent et attentionné. D’ailleurs, une seule chose le motivait : entrer à l’université et poursuivre ses rêves. « Il avait un côté très doux qui était assez surprenant pour quelqu’un de son âge » explique sa maman, Amy. Mais un jour, Daniel a posé une arme sur sa tempe et a tiré. Dans cette vidéo déchirante, sa maman retrace cette journée horrible. Le jour où elle a trouvé son fils quelques instants après son suicide. Elle explique s’être repassée l’histoire en tête des centaines de fois suite à cela. Pour comprendre, pour savoir comment elle aurait pu changer les choses. Si seulement elle était arrivée quelques minutes plus tôt…

Il était harcelé quotidiennement

Daniel était d’ailleurs harcelé depuis des années. Il était frappé dans l’estomac, poussé violemment contre les vitres du bus. Les étudiants le ridiculisaient pour la musique qu’il écoutait. Le moindre détail était scruté. Tout était passé au peigne fin pour qu’il se sente le plus misérable possible. Il a subi des choses inimaginables. Personne ne devrait jamais avoir à vivre ça. Se sentir moins que rien au point de commettre l’irréparable. C’est finalement un échange de messages avec ses harceleurs qui aura achevé de le convaincre de passer à l’acte. On lui a simplement dit : « ferme ta gueule et suicide-toi ». Amy a découverte les messages dans son téléphone après le décès de son fils. « Notre famille ne s’en remettra jamais, on ne s’en remettra jamais » a-t-elle déclaré.

Daniel savait qu’il voulait en finir

Amy aurait tellement voulu que Daniel sache à quel point il était aimé. Elle explique avoir reçu des centaines de lettres et de messages de soutien après sa mort. Malheureusement, c’était trop tard. Le jour de sa mort, le chauffeur du bus que prenait Daniel l’avait gentiment salué en lui disant « À demain Daniel ». Ce à quoi le jeune homme avait répondu : « tu ne me verras pas demain ». Le jeune homme a tenté de joindre ses parents par téléphone, qui s’étaient absenté un moment. En vain. Amy se ronge à l’idée d’avoir manqué cet appel. Aujourd’hui, elle partage son histoire en priant pour que personne n’ait jamais à vivre un tel cauchemar. Pour alerter les parents sur le moindre signe qui pourrait (devrait) les alarmer. Malheureusement, la violence continue chaque jour dans les écoles…

Il ne voulait pas inquiéter ses proches

Et à l’instar de Daniel, beaucoup d’élèves harcelés n’en parlent pas à leur entourage, par peur de les inquiéter. Ou par peur de nouvelles représailles. Parce qu’on pense qu’on ne sera pas pris au sérieux. Les raisons qui poussent les enfants au silence sont nombreuses. Amy avait d’ailleurs dû se rendre au lycée de son fils à plusieurs reprises à cause de ces problèmes. Mais ils ont continué. Et Daniel a mis fin à ses jours le 3 mars 2014 chez lui, à Clayton. Face au harcèlement, des personnes sont là pour écouter les victimes (et aussi les témoins) au 3020. Ne laissez jamais personne vous faire croire que vous ne valez rien, car c’est faux.

Crédit image / image à la une : Marc Mero / ThinkPOZ / Facebook | Pixabay

Répondre