Un pont s’effondre à Toulouse, plusieurs véhicules tombent, un mort et plusieurs blessés

Un camion et une voiture ont été précipités dans le Tarn ce lundi vers 08h00 après l’effondrement d’un pont au nord de Toulouse, rapportent les pompiers. Une adolescente de 15 ans qui se trouvait à bord de la voiture a été retrouvée morte. Quatre autres personnes, dont sa mère, ont été secourues, a fait savoir le procureur de Toulouse, Dominique Alzeari.

publicités

Selon les premiers éléments de l’enquête, trois véhicules étaient engagés sur le pont de 150 mètres de long au moment de son effondrement : un poids-lourds, une voiture et une fourgonnette. Les trois véhicules ont chuté dans les eaux du Tarn. Une adolescente de 15 ans, assise dans la voiture avec sa mère, a perdu la vie dans le drame.

Lorsque le pont suspendu qui enjambe la rivière s’est effondré, un camion et une voiture sont tombés dans le Tarn. À bord de la voiture : deux adultes et une adolescente de 15 ans décédée au moment de l’accident.

publicités

Le dispositif mis en place par les secours pour les recherches est conséquent. 80 pompiers, 50 gendarmes du SAMU, des plongeurs et équipes cynophiles ratissent la zone, appuyés par trois hélicoptères au-dessus de la rivière.

J’étais dans ma salle de bains, vers 8 heures, ce lundi matin, et j’ai entendu un énorme bruit sourd. J’étais inquiet, au départ avec ma femme, nous avons pensé qu’un accident avait eu lieu juste à côté de chez nous. Nous sommes sortis et il ne se passait rien’ raconte Philippe Duguet, un habitant qui a sa maison à 300 mètres du pont.

Au moment où je suis arrivé au niveau du pont, on m’a demandé de faire demi-tour immédiatement. C’était la panique. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai vu que tout s’était effondré. Je n’en reviens pas. Je cours tous les dimanches matin sur ce pont, hier encore j’y étais. J’ai dû y passer plus de 1000 fois. Cela fait vraiment bizarre quand l’actualité se passe juste à côté de chez vous. ‘ continue t-il.

Le pont n’était pas considéré comme à risque

Construit en 1935 puis rénové en 2003 par le conseil départemental de Haute-Garonne, le pont suspendu de Mirepoix-sur-Tarn n’était pas considéré comme un ouvrage sensible. Il ne faisait donc pas l’objet d’une surveillance particulière indique le conseil départemental à France Bleu Occitanie.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la chute de l’édifice pourrait être liée au passage du poids-lourd dont le tonnage était supérieur à la limite autorisée (19 tonnes). Les 970 habitants de la petite commune de Mirepoix-sur-Tarn au nord de Toulouse sont sous le choc. Ils empruntaient plusieurs fois par jour ce pont sur la départementale D71 qui relie la préfecture de Haute-Garonne à Montauban.

Franbuzz sur Facebook

Répondre