Un touriste filme un ours sauvage jouant avec un chien, mais ce que cache cette scène est horrible !

Mi-novembre 2016, la vidéo d’un ours polaire et d’un chien devenait virale sur Youtube. Mais la réalité qui se cache derrière cette scène est bien moins féerique.  Et il y a de quoi : comment une telle situation est-elle plausible ? La réponse est clairement moins mignonne que ne le paraît cette vidéo.

publicités

La vidéo publiée en début de semaine a fait fureur sur les réseaux sociaux. Les images avaient été tournées au refuge pour chiens Mile 5 près de Churchill, dans le nord du Manitoba.
C’est un curieux duo. Au Canada, dans le nord de la province du Manitoba, David De Meulles, un touriste canadien, a réussi à immortaliser un instant rare. Alors qu’il se trouvait dans une zone de rassemblement d’ours polaires, un chien de traîneau s’est retrouvé à deux centimètres d’un de ces impressionnants carnivores à fourrure blanche. Toutefois, au lieu de l’attaquer, l’ours caresse la tête du toutou. Un moment de grâce capturé en vidéo et partagé sur les réseaux sociaux.

Cette vidéo a été vue plus de 6 millions de fois sur YouTube et en quelques jours…
un exemple typique d’amitié inter-espèce préalablement sous-entendu par le titre de la vidéo nommée « Polar bear petting dog » soit « Un ours polaire caresse un chien ».

publicités

source vidéo :  David de Meulles 

Des ours apprivoisés pour le tourisme ?

Il est également très dangereuse, la preuve en est : début novembre, le ministère du Développement durable du Manitoba a confirmé que, la même semaine où la vidéo a été tournée, ses agents ont dû se rendre au même refuge, car un ours polaire y avait tué un chien.
Le propriétaire du refuge, Brian Ladoon, confirme qu’un de ses chiens s’est fait manger par un ours polaire, la semaine dernière, alors qu’il était enchaîné dans sa cour comme le chien qu’on aperçoit dans la vidéo.
« C’était le seul jour où nous n’avions pas nourri les ours, le seul soir où nous n’avions rien laissé », explique M. Ladoon.

La réalité n’est pas très loin : le propriétaire du terrain où la scène se passe organiserait en fait des visites de son domaine à faible coût en mettant un atout marketing en avant : chez lui, on peut voir des ours blancs.
Sauf que pour être certain de pouvoir les montrer à ses clients, l’homme prend soin de nourrir les ursidés afin de les attirer… Or, au Canada, il est strictement interdit de nourrir les prédateurs polaires.

publicités

Franbuzz sur Facebook

Répondre