Une élue de 38 ans retrouvée morte, probablement tuée par ses propres chiens

Le corps sans vie d’une femme de 37 ans a été retrouvé couvert de morsures mardi 26 janvier à Senouillac (Tarn). Ses deux rottweillers ont été retrouvés la gueule ensanglantée. Une enquête a été ouverte sur les circonstances de ce décès.

publicités

Sandra Vicente, 38 ans a été découverte par son compagnon mardi 26 janvier en fin d’après-midi, après avoir probablement été attaquée par ses chiens, à Senouillac dans le Tarn. Une enquête a été ouverte pour recherches des causes de la mort. Élue pour un deuxième mandat, elle était très investie dans ses missions d’adjointe.

Selon les informations de France 3 Occitanie, elle aurait pu être tuée par ses chiens, deux Rottweilers. « Ils se sont acharnés sur elle » explique Bernard Ferret, maire de ce petit village situé près de Gaillac. Une enquête de gendarmerie a été ouverte afin de connaîtres les causes exactes de la mort de l’élue locale qui en était à son deuxième mandat.

publicités
Sandra Vicente se déplaçait en fauteuil roulant. Photo DD archives

Une enquête ouverte et confiée aux gendarmes

Son corps présentait des traces de morsures et ses vêtements étaient en partie déchiquetés. L’enquête des gendarmes doit notamment déterminer si ce sont les morsures des chiens qui ont provoqué sa mort, ou si elle a pu avoir un accident cardiaque ou un malaise, avant d’être mordue par ces chiens.

Le premier magistrat de la commune est sous le choc, Sandra Vicente était depuis 10 ans dans un fauteuil roulant. « Malgré son handicap, elle était très active, raconte Bernard Ferret. La misère s’acharne sur elle et sa famille dont plusieurs de ses membres sont également en fauteuil ».

publicités
La liste de candidature aux municipales sur laquelle figurait Sandra Vicente
(en bas au centre) lors des élections de 2020. photo: DDM

La disparition de Sandra Vincente provoque un vif émoi dans le département comme le montre, ci-dessous, cette publication de la députée du Tarn Marie-Christine Verdier-Jouclas (LREM).

Dans l’attente de ces éléments, le compagnon de Sandra Vicente a déjà fait part au parquet de sa volonté d’euthanasier les deux rottweillers. Ils ont été amenés chez un vétérinaire.

Photo de couverture: La photo de l’un des chiens de Sandra Vicente postée sur son compte Facebook.
Photo Facebook
avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre