Une femme de 20 ans enceinte de trois mois meurt, frappée par son conjoint à Saint-Denis

Une femme de 20 ans, enceinte de trois mois, a été tuée par son conjoint à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), rapporte France Bleu Paris, mercredi 3 juillet. Il s’agit du 71e féminicide depuis le début de l’année en France. La femme aurait été tuée vers huit heures du matin, sous les coups de son conjoint.

Le drame s’est déroulé ce mercredi matin vers 8 heures. Des cris raisonnent dans l’immeuble. Un voisin de palier sonne à la porte de l’appartement d’où proviennent ces cris et la porte s’ouvre. Le voisin découvre la victime inconsciente. La femme âgée de 20 ans est enceinte de trois mois, elle porte des traces de coups.

publicités

Traces de coups

La victime portait plusieurs traces de coups. Elle a été ranimée par les secours avant d’être prise en charge à l’hôpital Delafontaine, où elle a succombé à ses blessures, tout comme le fœtus qu’elle portait. Son compagnon a été placé en garde à vue pour homicide volontaire, selon RMC. Leïla, la jeune femme tuée, avait déposé la veille une main courante contre son conjoint pour dénoncer de précédentes violences conjugales.

image: © GettyImages

Une enquête ouverte pour homicide volontaire

Son conjoint, âgé lui aussi d’une vingtaine d’années, a été interpellé à Saint-Denis et placé en garde à vue. Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête pour homicide volontaire.

publicités

Une main courante déposée la veille

Avant ce décès, 70 féminicides avaient été dénombrées en 2019 par le Collectif des proches et familles de victimes de féminicides.
En 2017, 125 personnes sont mortes victimes de la violence de leur partenaire ou de leur ex-partenaire (contre 138 en 2016 et 136 en 2015), dont 109 femmes et 16 hommes, selon les derniers chiffres communiqués par le gouvernement.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a indiqué au début de la semaines vouloir « généraliser » l’utilisation d’un bracelet électronique permettant de maintenir à distance les ex-conjoints violents pour lutter contre les violences conjugales.

publicités

Chaque année, près de 220 000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon. En outre, plus de 250 femmes sont violées chaque jour, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.

Franbuzz sur Facebook

Répondre