Une femme de 96 ans fauchée par une trottinette électrique, sa vie a « basculé »

Le 23 juin 2021, dans le centre de Lyon, une nonagénaire était renversée par une trottinette électrique. L’état de la vieille dame qui était autonome jusqu’à l’accident, s’est fortement dégradé. « Elle est révoltée. Elle veut que cet accident serve à quelque chose », selon ses proches.

publicités

Manou, 96 ans, a été gravement fauchée par une trottinette alors qu’elle traversait à un feu vert sur un passage piéton. Hospitalisée, son état s’est aggravé ces derniers jours. Souffrant de multiples fractures cervicales dues à la violence du choc, la nonagénaire avait été transportée à l’hôpital.

« Elle est en morceaux, sur un lit d’hôpital, mais elle a toutes ses capacités intellectuelles. […]. La trottinette est arrivée, l’a fauchée, elle a été projetée et s’est tapée la tête contre le muret », avait expliqué à BFM Lyon Cécile, l’une de ses enfants, quelques jours après les faits.

publicités

Depuis, la nonagénaire est devenue invalide et ses proches confient que son état de santé s’est dégradé. « C’était quelqu’un de parfaitement autonome, indépendante, parfaitement valide et sans aucun problème de sénilité », explique à France 3 Auvergne-Rhône-Alpes Christine, une autre des enfants de la nonagénaire, qui doute que sa mère ne retrouve un jour toute sa mobilité. Désormais, « elle commence à perdre le moral », ajoute-t-elle.

La trottinette est un véhicule « soumis à une obligation d’assurance »

Dans un accident de trottinette, un autre problème se pose, celui de l’assurance. Marlène Druilhe, l’avocate de la famille de la victime, rappelle qu’une trottinette électrique « est un véhicule terrestre à moteur », et par conséquent, il est « soumis à une obligation d’assurance ». Mais les gens l’ignorent, car « c’est quelque chose qui s’achète extrêmement facilement en magasin », poursuit-elle. Seules les trottinettes partagées possèdent une assurance, celle-ci étant incluse dans la location, précise France 3.

publicités

Lorsqu’un propriétaire de trottinette est impliqué dans un accident responsable et qu’il n’a pas contracté d’assurance, il s’expose alors à des conséquences fâcheuses. Non seulement « il encourt des poursuites et des sanctions pénales », explique encore Me Marlène Druilhe, mais de surcroît, il va « devoir rembourser sa dette auprès du fonds d’indemnisation qui aura indemnisé la victime. Elle peut être colossale selon la gravité du préjudice ». Quant à la victime, « ses procédures de prises en charge sont beaucoup plus longues », indique l’avocate à France 3.

Une enquête ouverte

La famille, qui s’est portée partie civile, a décidé de lancer une procédure et tient à alerter les pouvoirs publics. « Notre mère voudrait que ce genre d’accidents horribles et stupides puissent servir la cause sur la réglementation concernant ces véhicules dangereux, qui vont vite et n’ont pas de capacité de freinage comme une voiture », avait encore déclaré Cécile à BFM Lyon, le 1er juillet dernier.

Une enquête est en cours, elle permettra de faire la lumière sur les circonstances exactes de cet accident, et les images de caméras de vidéosurveillance devraient aider en ce sens. L’enquête devrait également déterminer à quelle vitesse roulait le conducteur de la trottinette, sachant que certains débrident leur engin et peuvent rouler jusqu’à 50 km/h, la vitesse étant limitée à 25 km/h. Les véhicules partagés des opérateurs sont quant à eux bridés, permettant ainsi le total respect des limitations de vitesse en fonction des zones et de leur fréquentation.

Les deux parties sont par ailleurs en désaccord sur un point le jour de l’accident. En effet, la victime, toujours très prudente, certifie avoir traversé le passage piéton au feu vert alors que le propriétaire de la trottinette affirme de son côté qu’il n’a pas grillé le feu rouge.

Franbuzz sur Facebook

Répondre