Une femme est accusée d’avoir affamé deux chiens enfermés ensemble dans une cage, l’un a mangé l’autre

Une Cantonnaise de 25 ans a été accusée d’avoir affamé deux chiens enfermés dans une cage, ce qui aurait poussé l’un d’eux à manger l’autre après sa mort, d’après les rapports judiciaires.

Les rapports de la cour indiquent que le ou vers le 5 avril, Jessica J. Swinehart a enfermé un beagle dans une cage avec un berger allemand mélangé et a affamé les animaux. Quand le beagle est mort, l’autre chien l’a mangé pour survivre.

publicités
image: (WEWS via CNN)

Lorsque les autorités ont trouvé le berger allemand, il semblait avoir perdu près des deux tiers de son poids corporel. Il était toujours enfermé dans la cage, avec le beagle en décomposition.

Un mandat d’arrêt a été déposé le 8 avril et Jessica J. Swinehart a été arrêtée par la suite.
La jeune femme a reçu deux chefs d’accusation concernant des animaux de compagnie, un crime du cinquième degré. [N.d.T.: l’Ohio classifie les crimes en cinq degrés, le premier degré étant la catégorie de crimes les plus graves et le cinquième degré étant la catégorie de crimes les moins graves, selon Wikipédia.)
Une date d’audience sera déterminée sous peu.

publicités

Cruauté envers les animaux

Les effets de la cruauté envers les animaux ne se limitent pas seulement aux animaux en tant que victimes, relèvent des chercheurs de l’Institut de protection des animaux [Animal Welfare Institute], dans un rapport publié en 2012 (pdf).

« L’accumulation de données empiriques montre une forte association entre la cruauté envers les animaux et d’autres crimes, y compris la violence interpersonnelle, la possession illégale de drogues et d’armes à feu et la destruction de biens », ont déclaré les chercheurs.

publicités

« De plus, participer à la cruauté envers les animaux pendant l’enfance est un indicateur important du développement d’un comportement agressif et antisocial, ainsi qu’un indicateur d’individus susceptibles de se livrer à la violence familiale. »

Aux États-Unis, presque tous les États ont adopté des lois qui criminalisent, systématiquement ou dans certains cas, la cruauté envers les animaux. Il s’agirait d’« un changement radical » dans la façon de percevoir et de poursuivre les crimes, selon les chercheurs.

image: Pixabay

Selon la Humane Society of the United States, les troubles de la thésaurisation [hoarding behavior] peuvent nuire aux animaux, les femmes en étant les principales coupables. Toutefois, les agresseurs d’animaux sont le plus souvent des hommes.

« Les troubles de l’accumulation victimisent souvent les animaux. Les personnes souffrant d’un trouble de l’accumulation peuvent gravement négliger les animaux en hébergeant beaucoup plus d’animaux que ce qu’elles sont en mesure de prendre soin. La négligence grave à l’égard des animaux (comme l’accumulation) indique souvent que ces personnes ont besoin de services sociaux ou de santé mentale », a déclaré le groupe.

« Les enquêtes suggèrent que les personnes qui maltraitent intentionnellement les animaux sont surtout des hommes de moins de 30 ans, alors que celles qui font de l’accumulation d’animaux sont le plus souvent des femmes de plus de 60 ans. »
source: epochtimes –  Version originale

Franbuzz sur Facebook

Répondre