Une fillette de 3 ans a été intronisée, elle est proclamée «déesse vivante» et enfermée dans un palais!

Une tradition hindoue et bouddhiste veut que l’on intronise certaines petites filles. Elles sont alors proclamées « déesses vivantes », aussi appelées « Kumari » à Katmandou.

Trishna Shakya, une fillette népalaise âgée de 3 ans, sera désormais la nouvelle « Kumari ». Selon les croyances hindoues, la petite fille est considérée comme l’incarnation de la déesse hindoue Taleju.

Une tradition multiséculaire l’oblige donc à quitter la maison familiale pour venir habiter dans un palais situé à Durbar Square, place historique de Katmandou qui porte encore les cicatrices du séisme de 2015. La fillette vivra recluse dans cette résidence jusqu’à ses premières règles. Elle ne pourra en sortir qu’à l’occasion de célébrations religieuses.

Ses pieds ne doivent plus toucher le sol impur

Trishna Shakya a été ammenée de sa maison de famille jusqu’au Durbar Square, place historique de la capitale népalaise, afin d’y être intronisée. Par la suite, son père l’a portée jusqu’à un palais où elle restera enfermée jusqu’à la puberté. Elle ne pourra en sortir que pour certaines fêtes religieuses, toujours escortée par des porteurs car ses pieds ne doivent plus toucher le sol impur.

« Mes sentiments sont partagés. Ma fille est devenue la nouvelle Kumari et c’est une bonne chose. Mais il y a aussi de la tristesse à savoir qu’elle va être séparée de nous« , a déclaré son père Bijaya Ratna Shakya.

Les critères à remplir pour une Kumari

Pour devenir une Kumari, les fillettes prépubères de la communauté Newar doivent répondre à des exigences assez strictes, surtout au niveau physique. Elles doivent présenter un corps sans imperfection, avoir 40 dents ou encore des épaules rondes, une « poitrine de lion » et des « cuisses de daim ». Si une fille remplit ces exigences physiques, elle devra également prouver sa bravoure en ne pleurant pas devant le sacrifice d’un buffle.

Répondre