Une fillette de 4 ans en fauteuil roulant traumatisé après qu’un homme lui dire qu’elle est une “perte pour la société” et qu’elle ne devrait pas être en vie.

Une fillette de quatre ans de Cheshunt, Hertfordshire en Angleterre en fauteuil roulant a subi un traumatisme après qu’un homme lui ait crié des insultes en affirmant qu’elle « n’aurait pas dû naître » lors d’une attaque verbale en allant à l’école.

publicités

Quinn Ross, qui souffre d’une maladie infantile rare appelée la maladie de Pethes, se rendait à l’école avec sa mère Emma et son grand frère Alex, 10 ans, lorsque le voyou a commencé à « lui crier au visage » et a aussi dit à sa mère qu’elle aurait dû faire avorter Quinn, raconte The Mirror.

La mère Emma, 32 ans, a déclaré que les propos tenus par l’homme étaient « épouvantables ». Elle explique: « L’homme lui criait au visage en disant qu’elle n’aurait pas dû naître, qu’elle était une perte pour notre système de santé, une perte pour la société et que j’aurais dû l’avoir avortée si j’avais su qu’elle serait handicapée. Je l’ai repoussé, j’ai quitté l’école et c’est l’école qui a téléphoné à la police ».

publicités

La maltraitance écœurante a laissé Quinn grandement traumatisé, la jeune fille et comme l’indique sa mère, elle devra désormais apprendre à surmonter la peur: « Quinn a maintenant peur des hommes et elle n’aime pas sortir dans son fauteuil roulant. Cela l’a laissée très en colère contre le monde, mais nous avons eu beaucoup de soutien ».

Image: south bedsnews agency_sbna_fairl – The Mirror

Aujourd’hui (samedi 26 octobre), la famille de Quinn organise une collecte de fonds au Old Anchor Pub de High Street, Cheshunt, de midi à 15h pour recueillir des fonds pour l’organisme de bienfaisance de Perthes qui soutient Quinn depuis son diagnostic il y a deux ans.

publicités

La famille de Quinn espère qu’elle n’aura pas besoin toute sa vie d’un fauteuil roulant, mais pour le moment, elle ne peut marcher que 10 à 15 pas à la fois.

La police traite l’affaire concernant cette agression comme étant un crime haineux sur une personne handicapée. Terasa Holden, de la police locale, a déclaré: « Personne ne devrait s’inquiéter de quitter la maison et de faire face à des abus, en particulier une petite fille qui rencontre des difficultés à se rendre à l’école à pied en raison d’un problème médical rare. Mes collègues et moi avons travaillé pour soutenir Quinn et sa famille et nous espérons que d’autres personnes se manifesteront et signaleront ce genre de crime. Nous voulons que les gens sachent que nous prenons tous les rapports de crimes haineux très au sérieux et que nous enquêterons toujours ».

Franbuzz sur Facebook

Répondre