Une machine qui transforme les déchets plastique en carburant prête à débarquer à Nice

Une association de défense de l’environnement présidée par l’acteur Samuel Le Bihan, connu comme comédien, mais il est aussi engagé contre le réchauffement climatique, fondateur de l’association Earthwake, avec l’ingénieur azuréen Christopher Costes, développe une machine capable de transformer le plastique en carburant. Une machine à découvrir pour le World Cleanup Day.

publicités

L’ingénieur azuréen Christopher Costes a mis au point une installation qui produit du diesel à partir de déchets plastique non-recyclables. Un projet porté par l’association Earthwake et son co-fondateur l’acteur Samuel le Bihan.  Il fallait alors une demi-heure pour faire 650 g de diesel, 250 g d’essence et du gaz. « Avec cette nouvelle version de la machine, le rendement peut aller jusqu’à 120 l de diesel produit avec 160 kg de plastique en une seule journée ».

Après une démonstration au Port Vauban à Antibes en septembre 2018, la machine sera présentée à Nice samedi 21 septembre de 11 heures à 17 heures, quai de la Douane, pour présenter sa « Chrysalis », dans une version bien plus aboutie. « On pourrait imaginer qu’elle puisse être utilisée en conditions réelles dans les deux prochaines années, notamment sur le continent africain », a-t-il expliqué à l’occasion du  World cleanup day..

publicités

Le carburant produit peut-être utilisé dans les moteurs de bateaux, camions, groupes électrogènes… Christofer dispose un bidon sous le bec et fait couler un liquide jaune foncé. «Ce diesel peut être utilisé pour les moteurs de bateaux, pourquoi pas les bennes à ordure. Mais aussi des groupes électrogènes…»
Mais qu’en est-il de la pollution de l’air engendrée par la combustion de ce diesel? «Des essais ont été réalisés en laboratoire: il a un bon indice de cétane et émet moins de particules fines.»

L’étape suivante consiste à fabriquer une machine plus grande, de la taille d’un demi-container, qui serait transportable sur une zone polluée. Elle pourrait traiter 70 kg de déchets par heure, explique Samuel Le Bihan, qui estime à 50.000 euros le coût de fabrication d’une telle installation et son amortissement à moins d’un an.

publicités

Franbuzz sur Facebook

Répondre