Une mère en deuil affirme que l’avortement est un meurtre en montrant des photos de son bébé mort-né de 14 semaines

(Attention : Cet article contient des images pouvant heurter la sensibilité de certains lecteurs)

Une mère au cœur brisé a partagé des photos du bébé qu’elle a perdu tragiquement à 14 semaines de grossesse. Elle tient à souligner un point important : l’avortement est égal au meurtre selon elle. Pour une femme enceinte qui porte un bébé dans son ventre, aussi petit soit-il, c’est encore une vie précieuse – une vie qu’il faut chérir et protéger.

Felicia Cash et son mari avaient lutté contre l’infertilité pendant 13 ans jusqu’à ce qu’ils adoptent trois filles. Par la suite, Felicia a donné naissance à deux fils en quelques années.
Au printemps 2017, Felicia était enceinte pour la troisième fois de jumeaux ; mais il y a eu des problèmes au début de sa grossesse.
« Nous avons eu de multiples complications de grossesse, à partir de six semaines », a-t-elle dit à Live Action News. « Alors que je saignais, je suis allée à l’hôpital par peur d’une fausse couche. Ils ont fait une échographie et nous ont dit que nous avions perdu l’un des deux, mais que le deuxième bébé semblait en bonne santé et fort. »

Malheureusement, les médecins avaient tort. « Lundi matin, j’ai eu plus de saignements et de douleurs », dit Felicia. « C’est arrivé très soudainement. J’ai dit à mon mari qu’il devait rentrer du travail – il est à seulement 20 minutes en voiture – mais avant qu’il puisse arriver ici, j’ai perdu les eaux et en 10 minutes, j’avais mon petit garçon entre mes propres mains… »

Le petit Japeth est né en paix à 14 semaines et 6 jours. Felicia a affiché les photos de son bébé mort-né sur Facebook pour montrer aux gens que même à seulement trois mois et demi de gestation, un enfant n’est pas seulement « un amas de cellules », « une masse de cellules » ou « un amas de chair ».

via: epochetime

« Notre magnifique Japeth, en paix, a fait une fausse couche à 14 semaines et 6 jours. Il est parfaitement et merveilleusement bien formé, jusqu’à ses petits orteils et ses petits doigts étonnants bien dessinés », dit le post. « Même ses ongles sont formés et visibles. De minuscules veines qui portaient son propre sang à son précieux corps peuvent être vues à travers sa peau délicate, même ses muscles merveilleusement formés sont visibles. »

Felicia espère sincèrement que ses messages pourront aider les femmes enceintes qui pensent à l’avortement à reconsidérer leur décision, car avorter leur bébé serait tuer leur bébé.

« En guise de plaidoyer final, si vous envisagez d’avorter, veuillez prendre le temps de découvrir la vérité et de reconsidérer votre décision. Il ne s’agit pas d’un effort visant à faire honte, à rabaisser ou à condamner qui que ce soit de quelque façon que ce soit. C’est l’appel d’une femme qui vient de perdre son enfant pour que vous envisagiez au moins d’autres options. »

Son article a suscité l’intérêt des utilisateurs de médias sociaux et a permis de toucher des milliers de personnes. À cette occasion, beaucoup de ceux qui ont vécu une situation similaire se sont mis à partager leur histoire.

L’une d’eux a écrit : « Quand j’étais enceinte de 8 semaines, j’ai passé un scanner et on m’a dit qu’il y avait bien une grossesse mais qu’il n’y avait pas de battements de cœur, qu’on ne pouvait pas dire quand le bébé était mort. Je suis allée à l’hôpital deux jours plus tard pour recevoir le traitement et le bébé est sorti. Il avait 9 semaines, mais j’y pense encore un an plus tard, tous les jours. »

Un autre a commenté : « Comme c’est beau que vous partagiez des photos de votre précieux bébé. Votre bébé a certainement un but dans la vie et dans la mort – faire savoir au monde que CE BÉBÉ n’est pas simplement du tissu mais un bel être humain, pleinement formé, pleinement un miracle. Merci. »

En effet, la vie est vraiment précieuse. Faisant allusion au sujet de l’avortement, Felicia a déclaré à Live Action News : « Je sais que beaucoup de femmes pensent qu’elles n’ont pas d’autres choix et qu’elles regrettent plus tard leur décision de se faire avorter. »

« Aussi misérable que cet événement ait été, et aussi déchirant et larmoyant que cela ait été, dit Felicia, je remercie encore Dieu d’avoir pu partager la vie précieuse de Japeth. »

Après la perte tragique de son bébé Japeth, Felicia a donné naissance à une belle fille nommée Vera le 15 janvier 2019. Felicia a partagé la nouvelle avec une précieuse photo d’elle, en train d’écrire : « Ma douce Vera a fait son entrée, ou plutôt sa sortie de la vie utérine ce matin à 8 h 20, pesant 3 kg et mesurant 49 cm de perfection. »

Felicia est une « mère de 8 enfants : 3 adoptés, 3 vivants et 2 passés à la gloire » selon sa biographie sur son profil Facebook.

Aux États-Unis, les droits de l’enfant à naître viennent d’être considérablement renforcés, la quasi-totalité des avortements pratiqués dans l’État de l’Alabama deviennent un crime, sauf bien sûr dans des circonstances atténuantes.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Source: epochetime

Franbuzz sur Facebook

Répondre