Une patiente de 79 ans tuée dans sa chambre à l’hôpital de Beauvais

Le 2 juillet dernier, une patiente de 79 ans a été retrouvée morte dans sa chambre d’hôpital à Beauvais (Oise), au service gériatrie. Un septuagénaire, hospitalisé dans le même service, est soupçonné d’avoir tué la patiente.

publicités

Une patiente de 79 ans a été retrouvée morte dans sa chambre au centre hospitalier de Beauvais (Oise), vendredi 2 juillet. Selon le parquet, un autre patient de l’établissement est soupçonné de l’avoir tué. Une information judiciaire pour meurtre sur personne vulnérable a été ouverte.

C’est le personnel qui l’a retrouvée inanimée vendredi au petit matin. Un décès qui aurait pu passer pour une mort naturelle, mais la police a été prévenue et les premières constatations ont rapidement orienté les enquêteurs vers la piste criminelle.

publicités

Des traces de coups sur le corps et au visage

La garde à vue de l’homme a cependant dû être levée dès le vendredi, en fin de journée, après que le psychiatre a déclaré « son état de santé incompatible » avec cette mesure. L’homme a été hospitalisé d’office au Centre hospitalier isarien (CHI) de Clermont (Oise), un établissement public de santé mentale.

« Les constatations et premières investigations réalisées sur place ont rapidement permis de confirmer la piste criminelle et d’interpeller un autre patient », de 73 ans, a-t-elle ajouté, précisant que la victime « présentait plusieurs traces de coups au visage et sur le corps ».

publicités

La victime avait des traces de coup au visage et sur le corps. Les enquêteurs sont rapidement remontés jusqu’à un autre patient : un homme de 73 ans hospitalisé dans le même service. Il a été placé en garde à vue dès 10h du matin au sein de l’hôpital.

La garde à vue a dû être levée en fin de journée : l’homme a été examiné par un  psychiatre qui a conclu que son état n’était pas compatible avec une audition. Le médecin demandé à ce qu’il soit hospitalisé d’office. L’auteur présumé a donc été interné en psychiatrie à Clermont de l’Oise.

Pas de lien entre la victime et l’auteur présumé

Les enquêteurs cherchent à comprendre ce qu’il s’est passé. Y a-t-il un mobile ? L’auteur présumé et la victime ne se connaissaient visiblement pas. Le centre hospitalier n’a pas souhaité faire de commentaires.

La procureur de la République de Beauvais a ouvert une information judiciaire pour meurtre sur personne vulnérable pour tenter de faire la lumière sur cette affaire

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre