Un père célibataire de 3 enfants publie une photo de lui en pleurs juste avant de se suicider car il ne peux plus payer son loyer

Phillip Herron, 34 ans, un père célibataire de trois enfants, ne disposait que de 5 euros sur son compte bancaire. Il publie une photo de lui en pleurs juste avant de se suicider, car il ne peux plus payer son loyer. Une histoire relayée par le DailyMail

publicités

Phillip Herron, 34 ans, était au chômage et luttait pour nourrir et vêtir sa famille tout en essayant de rembourser 20 000 £ de dettes.  Il ne désirait qu’une seule chose : offrir un niveau de vie décent à ses enfants. Le destin en a voulu autrement, le poussant ainsi à commettre l’irréparable. Bien qu’il ait demandé l’aide du gouvernement, cette attente d’un mois a été le « dernier clou de son cercueil » et l’a plongé davantage dans la dette et le désespoir.

image: Mirrorpix – Dailymail

Pour prendre soin de ses 3 enfants, le jeune père s’est vu obligé de quitter son travail. Cependant, les fins de mois étaient dures et il peinait même à vêtir sa progéniture. Ses dettes n’ont cessé de s’empiler pour former un total de 22 472 euros. Une somme astronomique pour le jeune père et qu’il ne pouvait, de toute évidence, pas payer. Le comble du drame fut l’avis d’éviction qu’il reçut car il ne pouvait pas payer son loyer à échéance.

publicités

Quelques instants avant sa mort, il a posté une photo émouvante sur les réseaux sociaux, il était apparemment seul dans sa voiture, garé le long d’une ruelle, les larmes ruisselants sur son visage, le 18 mars. Sa mère, Sheena Derbyshire, 54 ans, a déclaré que dans sa note de suicide, il avait déclaré croire que sa famille serait mieux sans lui.

image: Mirrorpix – Dailymail

Phillip n’ayant parlé à personne de ses problèmes d’argent, il revenait à sa mère de reconstituer les événements qui l’avaient conduit à se suicider. Dans une interview avec le Mirror, elle a déclaré : « Sa mort a été un choc complet. Je ne comprenais pas pourquoi il ferait ça. » Phillip avait quitté son emploi d’ouvrier d’usine pour pouvoir s’occuper de ses plus jeunes enfants, ce qui avait entraîné des difficultés financières.

publicités

Après que Mme Derbyshire ait réussi à déchiffrer le mot de passe du téléphone de son fils, elle a découvert des centaines d’appels téléphoniques qui révélaient comment sa personnalité avait changé au cours des mois qui ont précédé son décès. Autrefois un homme très doux, il a passé la plupart de ses dernières conversations téléphoniques à crier.

Franbuzz sur Facebook

Répondre