Une petite fille de 9 ans horrifie le web en accusant son père de viol et en criant qu’elle ne veut plus se faire violer

Dans une vidéo massivement partagée sur les réseaux sociaux et relayée par Agnès Buzyn en personne, une enfant de neuf ans hospitalisée en Martinique affirme être violée par son père. Ses cris font froid dans le dos. 

Les mots sont crus et les pleurs insoutenables. Une vidéo de quarante-cinq secondes fait le tour des réseaux sociaux depuis mercredi. On y voit, et surtout on y entend, une fillette de 9 ans crier sur son lit d’hôpital et supplier le personnel de ne pas la rendre à son père qu’elle accuse d’abus sexuels. « Je ne veux pas le voir », répète entre deux sanglots celle qui s’appelle Lily-Rose. « Je ne veux pas qu’il pose son sexe sur mon sexe ».
Face à ces accusations, la police judiciaire a ouvert une enquête après des signalements sur la plate-forme nationale Pharos. Cette scène se déroule en Martinique mais dans un établissement encore inconnu.

publicités

Comme souligné par le site Marie-Claire, la vidéo virale a très probablement été prise par un membre du personnel soignant. Sur Twitter, la Martiniquaise a l’origine de la publication de la vidéo témoigne : « On lui a enlevé la perfusion et son père a débarqué aussitôt à l’hôpital pour prendre l’avion ce soir. Lily a hurlé (…) C’est une violence inouïe, un acte de barbarie à l’encontre d’une enfant« . L’infirmière déclare avoir soutenu « silencieusement » la jeune enfant et sa mère, mais a été rapidement réprimandée par un médecin : « Il vient nous voir et nous dit que nous ne sommes pas dans un tribunal mais un hôpital, et nous demande de quitter l’hôpital ».

Une enquête a été ouverte grâce aux internautes

La vidéo est très rapidement devenue virale, à tel point que les internautes ont interpellé la police nationale. Grâce à leurs signalements, une enquête a été ouverte. Même Agnès Buzyn, la ministre de la Santé a réagi. Elle écrit sur Twitter : « Merci aux internautes pour leur réactivité. Face aux images, chacun veut comprendre les circonstances de ces cris glaçants. Une enquête est en cours, nous sommes mobilisés ».

publicités

La mère condamnée à la prison ferme

Finalement, Lily-Rose est contrainte par des policiers de repartir avec son père. Sa mère, présente au moment des faits, est contrainte au silence. Quelques semaines plus tôt, elle a été condamnée à neuf mois de prison ferme pour ne pas avoir respecté le droit de visite accordéau père. Depuis 2015 pourtant, la mère de famille scande que son ex-conjoint abuse sexuellement de leur fille. Mais la juge des affaires familiales a donné raison au père, et lui a octroyé un droit de visite et d’hébergement classique.

Une première plainte classée sans suite

Contacté par RCI, la radio des Antilles, le procureur de la République à Fort-de-France Renaud Gaudeul a donné quelques éléments de contexte. « Il y a eu effectivement une plainte déposée il y a plusieurs années pour des faits d’attouchements. Simplement ces faits ont été « classés sans suite » – classement sans suite qui n’a pas été contesté par qui que ce soit ». Il ajoute que la mère de famille n’aurait pas respecté le droit de visite et d’hébergement octroyé au père en juillet 2015 et aurait été condamnée pour cela.

publicités

Une pétition lancée

Ce jeudi 18 avril, l’internaute qui a lancé l’alerte a décidé de supprimer la vidéo en question, préférant laisser l’enquête suivre son cours : « Une enquête est en cours pour Lily-Rose. J’ai donc décidé de supprimer mon thread ainsi que les vidéos. Je pense avoir sensibilisé et mobilisé un maximum de personnes. Je vous tiendrai au courant des suites de l’enquête dès que j’ai des infos ». En attendant, une pétition a été ouverte pour venir en aide à la jeune fille, et a déjà été signée par plus de 8000 personnes.

Très peu d’informations sur l’hôpital en question

Selon nos informations, l’hôpital dans lequel la vidéo a été filmée se trouve en Martinique. Le procureur de la République de Fort-de-France, Renaud Gaudeul, a d’ailleurs rapidement apporté des précisions sur l’affaire à la radio antillaise, RCI.

Sources: leparisienrtl.fr

Franbuzz sur Facebook

Répondre