Une prétendue mère célibataire arnaque la CAF de près de 40.000 euros, le tribunal la condamne à 500 euros d’amende avec sursis

En Normandie, une fausse mère célibataire parvient à escroquer 40 000 € à la CAF. En réalité, elle vit en concubinage et ce sont les réseaux sociaux qui compromettent ses manigances. Avec une audience fixée le 23 juin dernier, elle écope d’une amende de 500 € avec sursis.

publicités

Une femme âgée de 31 ans a été condamnée par le tribunal correctionnel de Coutances (Manche) à 500 euros d’amende avec sursis pour avoir escroqué la Caisse d’allocations familiales pendant des années. La Caf avait porté plainte en juillet 2019. Elle soupçonnait la prévenue d’avoir touché indûment 39.268 euros d’aides en se faisant passer pour une mère célibataire de décembre 2015 à août 2018.

Elle se déclare mère célibataire pour obtenir des prestations sociales de la CAF

En se déclarant comme mère célibataire auprès de la Caisse d’Allocations Familiales de la Manche, la jeune femme percevait des prestations sociales. Selon les informations de La Manche Libre, Celle-ci déclarait également vivre à une adresse qui en réalité, n’était pas la sienne.

publicités

Entre décembre 2015 et août 2018, son stratagème lui a permis d’encaisser 40 000 euros d’aides de la CAF, rapporte La Manche Libre.

Malgré une situation avérée de concubinage, la jeune femme s’était déclarée comme vivant seule avec son enfant. Elle ne s’est pas méfiée des réseaux sociaux, sur lesquels elle publiait régulièrement des photos de sa vraie situation familiale.

publicités

Les inspecteurs du fisc, habitués à ce genre de contrôle sur le Net, se sont aperçus de la fraude. En réalité, la jeune mère vivait en couple, à une autre adresse que celle déclarée à la CAF.

Les Caisses d’Allocations Familiales et le fisc misent sur les réseaux sociaux pour démasquer les fraudeurs

Les fraudeurs aux aides sociales sont désormais démasqués grâce à l’intelligence artificielle et aux réseaux sociaux. En effet, ce n’est pas la première fois que des allocataires percevant indûment des prestations sociales sont identifiés grâce à internet.

Fin 2019, une mère ayant elle aussi affirmé être célibataire entre 2014 et 2018 s’est trahie sur les réseaux sociaux en s’affichant avec son compagnon. Elle a perçu 25 000 euros d’aides sociales, avant d’être condamnée à 1500 euros d’amende avec sursis.

image: Depositphotos.

Pour lutter contre ce type de fraudeurs aux allocations, le fisc mise de plus en plus sur l’exploitation des réseaux sociaux. Les logiciels employés par l’administration fiscale détectent les fraudeurs en effectuant des vérifications sur Facebook, Instagram, Twitter, mais aussi sur eBay ou Le Bon Coin.

Ce système, croisé avec d’autres bases de données pouvant mettre en lumière des irrégularités dans les déclarations de revenus, a permis de recouvrir près de 785 millions d’euros supplémentaires, en 2019.

Franbuzz sur Facebook

Répondre