« Virez-le-moi sur le champ ! » : furieux, Emmanuel Macron tape du poing sur la table

Pour son livre « Tant qu’on est tous les deux », en librairies ce mercredi 25 août, Gaël Tchakaloff a évolué au plus près du président de la République, notamment durant la crise sanitaire. L’occasion pour l’écrivaine et journaliste de constater qu’Emmanuel Macron pouvait parfois se montrer sanguin…

publicités

Ce mercredi 25 août sort le livre de Gaël Tchakaloff « Tant qu’on est tous les deux ». Pendant deux ans la journaliste et écrivaine a été proche d‘Emmanuel Macron et a décidé de raconter les coulisses à travers cet ouvrage. Elle est revenue notamment sur le côté sanguin du président de la République et sur cette grosse colère qu’il a piqué un jour. 

Scientifiques, ministres… C’est à croire que personne n’a été épargné par Emmanuel Macron depuis le début de la crise sanitaire. Sous pression durant cette période, le président de la République a parfois eu du mal à garder son sang-froid face à ses collaborateurs.

publicités

Emmanuel Macron sanguin ?

Être chef de l’État n’est évidemment pas de tout repos. Et ce n’est pas Emmanuel Macron qui dira le contraire. Depuis 2017, il est élu président de la République et son quinquennat n’est pas le plus calme. Et pour cause, il doit faire face à plusieurs crises qui touchent durement le pays.

Une crise sociale d’abord avec les Gilets Jaunes interrompue quelques mois plus tard par la crise sanitaire du Covid-19. Autant de tensions en interne qui peuvent mettre Emmanuel Macron sur les nerfs comme a décidé de le raconter Gaël Tchakaloff dans son livre « Tant qu’on est tous les deux » qui vient de paraître ce mercredi 25 août.

publicités

« Virez-le-moi-sur-le-champ ! »

Au plus près d’Emmanuel Macron pendant deux ans, Gaël Tchakaloff s’est confié sur le côté légèrement sanguin du président de la République, notamment sur le jour où il a piqué une colère noire. « Parce que le chef dit tout et son contraire, parce qu’il n’a le temps de rien, parce que le Patron ordonne, ‘il faut virer tel et tel conseiller incompétent, mais virez-le-moi sur-le-champ !’, et que, cinq minutes après, son bras droit, Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, refuse de le faire » écrit-elle.

Le côté sanguin du président était déjà bien connu du grand public. Il y a quelques mois, il s’était agacé après s’être rendu compte que les mesures barrières n’étaient pas bien respectées dans les aéroports parisiens.

Son dernier coup de sang

Après avoir piqué « une colère d’enfant » au sujet du reconfinement, puis avoir recadré sèchement ses ministres, Emmanuel Macron s’est agacé du manque de vigilance et de respect des mesures sanitaires dans les aéroports parisiens, a rapporté Le Canard Enchaîné, début juillet. Dans ses pages, l’hebdomadaire satirique a révélé que le locataire de l’Élysée aurait été informé de ces manquements au protocoles sanitaire par son secrétaire d’État aux Affaires Européennes, Clément Beaune. Ce dernier aurait en effet constater, de ses propres yeux, les défaillances sanitaires à Roissy.

Une information qui n’a pas été très bien accueillie à l’Élysée, déjà « un peu tendu(e) ces temps-ci. » « Furieux de ces manquements aux règles« , le président aurait tapé du poing sur la table et aurait demandé un renforcement des contrôles dans les aéroports parisiens. Alors qu’il a récemment fustigé les anti-pass sanitaire, le chef de l’État a rappelé avec fermeté sur les réseaux sociaux : « Le vaccin sauve des vies, le virus tue. »

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre