18 mois de prison ferme requis contre le «gifleur» d’Emmanuel Macron

À l’issue de la prolongation de sa garde à vue, Damien T. a été transféré au palais de justice de Valence dans la Drôme ce jeudi pour être présenté au procureur et jugé dans le cadre de sa comparution immédiate.

publicités

Deux jours après la gifle la plus médiatique de ces dernières années, Damien T., qui a levé la main sur Emmanuel Macron mardi lors de sa venue à Tain-l’hermitage, était jugé en comparution immédiate ce jeudi après-midi au palais de justice de Valence. Le jeune homme de 28 ans avait été placé jusqu’alors en garde à vue pour violences sans incapacité sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Emmanuel Macron a choisi de ne pas porter plainte. Interrogé par BFM TV ce jeudi sur le fait de ne pas avoir porté plainte contre son agresseur, le président a répondu que « la justice s’en est tout de suite saisie, et compte-tenu la place qui est la mienne, je pense qu’il fallait laisser la justice suivre son cours ».

publicités

Pendant sa garde à vue, le prévenu s’est dit proche de « la mouvance des gilets jaunes » et partageant des « convictions politiques traditionnelles de droite ou d’ultra-droite » sans être « d’aucun parti ni militantisme exprimé », détaille le procureur de la République de Valence.

Selon le même procureur, le Drômois, qui a porté la gifle à Emmanuel Macron, a « reconnu les faits ». Et d’ajouter : « Il soutient avoir agi d’instinct et sans réfléchir pour exprimer son mécontentement ».

publicités

18 mois requis

Cette gifle, « parfaitement inadmissible » est un « acte de violence délibérée », a soutenu le représentant du ministère public, face à l’homme de 28 ans, cheveux long, t-shirt vert et lunettes sur le nez, qui était jugé en comparution immédiate.

Interrogé sur son ami Arthur C. chez qui un exemplaire de Mein Kampf a été retrouvé et la photo où il ressemble à Hitler, Damien T. dit ne pas voir « le rapport ». « C’est moi qui ai offert Mein Kampf à mon ami, il est passionné de Seconde Guerre mondiale », explique le prévenu.

L’auteur de la gifle au président de la République risque 3 ans d’emprisonnement et quelque 45 000 euros d’amendes. Son acolyte, qui a filmé l’agression du chef de l’État « va se voir délivrer une convocation en justice pour la fin du second semestre 2022 pour répondre des infractions en lien avec les armes détenues illégalement » trouvées à son domicile, a précisé le magistrat dans le communiqué.

Dans son réquisitoire, le procureur a demandé 18 mois de prison ferme contre l’agresseur. « Ce geste n’est pas qu’une volonté de frapper, mais c’est de l’humiliation. Il traite son interlocuteur comme un enfant à qui on voudrait mettre une claque. Il le rabaisse », analyse-t-il.

Le procureur a également demandé une interdiction définitive d’exercer une fonction publique, et une interdiction des droits civiques ainsi que de détenir une arme pour une durée de 5 ans.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre