À 22 ans : Sûre de ne pas vouloir d’enfants, elle se fait stériliser « Je suis la femme la plus heureuse »

Si de nombreuses femmes souhaitent devenir mères, cette envie reste propre à chacune d’entre elles et varie généralement au cas par cas, de nombreux facteurs pouvant intervenir dans cette décision.

publicités

Toutefois, la pression sociale qui pèse sur le sexe féminin peut prendre une place importante, notamment pour celles qui ne souhaitent pas adopter ce rôle de “maman”. Selon le quotidien mexicain Milenio, une femme de 22 ans a renoncé à la maternité et a même subi une opération pour ne jamais avoir d’enfants.

Ailín Cubelo Naval est une fille argentine de 22 ans qui étudie actuellement les sciences politiques; Cependant, depuis que j’étais au lycée, je pensais déjà à ne pas avoir d’enfants. Le temps a passé et, après avoir surmonté l’un ou l’autre obstacle, il a pu subir une stérilisation chirurgicale. Son cas est devenu viral sur le réseaux sociaux et il a de nouveau mis sur la table la discussion selon laquelle les femmes ne peuvent être épanouies qu’en donnant naissance.

publicités

« Je me sens libre aujourd’hui, Je suis la femme la plus heureuse »

«Comme pour certaines personnes, le désir d’être mère est naturel, pour moi c’était naturel de ne pas l’être. J’ai attaché mes tubes parce que je ne veux pas avoir d’enfants, ni maintenant ni jamais », a déclaré la jeune fille en conversation avec les médias Infobae qui ont publié son histoire.

« Comme je n’avais pas encore réalisé que je ne voulais peut-être pas devenir mère, je présentais mes excuses ou je rallongeais les délais » . Pour elle, ce modèle social n’est en rien naturel mais plutôt culturel : « Je vois ça aujourd’hui (…) des fillettes qui marchent avec une poussette portant leur propre bébé jouet » , a-t-elle déclaré.

publicités

Ne voulant pas appartenir à ce modèle social, dans lequel une femme doit tomber enceinte et avoir des enfants pour être heureuse, la jeune femme n’y est pas allée par quatre chemins. Elle a opté pour la ligature des trompes qui consiste à « fermer » les trompes de Fallope pour une stérilité garantie. À présent, elle déclare : « Je me sens libre aujourd’hui, je suis la femme la plus heureuse du monde » .

Ainsi, elle pointe du doigt cette croyance collective selon laquelle « si vous avez un utérus, vous devez accoucher, c’est votre destin ». La jeune femme, qui se posait moult questions sur ce sujet, a réalisé qu’elle ne souhaitait pas mettre au monde un bébé qui subirait également ces stéréotypes infondés.

« Vivre avec la peur qu’il lui arrive quelque chose si c’est une femme et avec la peur qu’il fasse quelque chose si c’est un homme ?” martèle-t-elle. Pour éviter de tomber enceinte, la femme a donc opté pour une ligature des trompes, une procédure chirurgicale consistant à occlure les trompes de Fallope et à garantir une stérilisation à la femme. « Je me sent libre aujourd’hui, Je suis la femme la plus heureuse ».

L’importance de mettre fin aux mythes sur la maternité

La maternité est loin d’être un long fleuve tranquille et engendre un bouleversement important dans la vie d’une mère. Si certaines études mettent en évidence l’âge idéal pour avoir un enfant, cette expérience doit émaner d’un désir profond de concevoir.

Chaque femme doit être en mesure de rejeter les croyances collectives et de s’intéresser à ses propres ressentis et sa volonté intrinsèque d’enfanter. Et pour cause, devenir mère implique une grande responsabilité et peut faire naître un stress conséquent au sein du foyer.

Les pleurs, les requêtes incessantes du bébé et les différentes tâches à effectuer peuvent épuiser la maman. Dans ce sens, il est nécessaire de ne pas se plier aux diktats sociaux et de faire un choix conscient et réfléchi. En effet, chaque femme doit prendre ses décisions indépendamment des qu’en-dira-t-on et définir les objectifs qui lui permettront d’être en harmonie avec elle-même.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre