À cause du verglas, cette infirmière de Pléneuf-Val-André, a fait sa tournée en tracteur

Après des températures nocturnes glaciales et l’apparition de verglas, les conditions de travail du personnel de santé à domicile ont été compliquées, ce vendredi 12 février 2021. Une infirmière de Pléneuf-Val-André (Côtes-d’Armor) s’est fait aider par un ami, qui l’a conduite en tracteur pour sa tournée.

publicités

Une journée ordinaire de Caroline*, infirmière à Pléneuf-Val-André (Côtes-d’Armor), commence à 6 h 30. Quand elle s’est levée, ce vendredi 12 février 2021, elle a tout de suite compris que sa journée s’annonçait mal, rapporte le Ouest-france.

« Jeudi, la neige recouvrait la chaussée, mais il était possible de conduire avec prudence. Mais ce vendredi, les routes et les trottoirs étaient gelés. Honnêtement, j’ai eu peur de prendre ma voiture », avoue-t-elle.

publicités

« C’était surtout gentil pour les patients »

Alors, quand un ami, qui s’inquiétait de savoir comment elle allait gérer sa journée, lui a proposé de lui servir de chauffeur en tracteur, elle n’a pas hésité. « La météo l’empêchait également de travailler. Il a été très sympa de me dépanner. C’était surtout très gentil pour les patients. » Et d’ajouter : « Si certains soins pouvaient être reportés, ce n’était pas le cas pour tous. »

L’infirmière a commencé sa tournée avec deux heures de retard. Elle a, bien sûr, priorisé les soins indispensables et reporté d’autres à l’après-midi, voire au lendemain, pour une prise de sang par exemple. Dans l’ensemble, les patients qu’elle n’a pas pu voir aux horaires habituels ont compris la situation.

publicités
image: Ouest-france

La solidarité

Mais cet incident a aussi mis en évidence l’incompréhension et l’égoïsme d’autres. «  Une personne a été très virulente parce que j’avais une heure de retard, explique l’infirmière. Une autre ne comprenait pas ce qui m’empêchait de venir lui faire sa prise de sang. Et quand je lui ai proposé qu’elle aille se faire prélever au laboratoire, à Lamballe, l’indispensable ponction avait perdu de son urgence. »

« Mais l’énorme point positif de cette matinée a été la solidarité de l’ami qui m’a accompagnée toute la matinée. Cela permet de relativiser les réflexions négatives », conclut-elle. Caroline a repris « sa tournée habituelle » ​en début d’après midi, à laquelle s’est ajoutée une partie des personnes chez qui elle n’a pas pu se rendre ce matin.

Elle et sa collègue, qui a pu se faire accompagner par son mari, auront finalement honoré quasiment l’ensemble de leurs rendez-vous. Elles espèrent que la météo va reprendre son cours normal, et que la tournée de samedi matin va bien se passer, avant un repos plus que jamais attendu.

Source: Ouest-france

Franbuzz sur Facebook

Répondre