Affaire Théo: 4 ans après les violences policières, la victime sort un album, comme une «thérapie personnelle»

Le jeune homme, devenu l’un des symboles des violences policières, annonce que son album, qu’il prépare depuis de nombreux mois, sortira le 19 février. Un projet qu’il a vécu comme « une thérapie personnelle », alors qu’il souffre de séquelles permanentes.

publicités

L’affaire Théo résonne encore dans les esprits tant sa gravité est importante. C’était en février 2017 à Aulnay-sous-Bois (93), la vie de Théo Luhaka bascule tragiquement. Blessé très grièvement lors de son interpellation, une expertise médicale confirmant « une infirmité permanente », Théo deviendra l’un des symboles des violences policières. 

Presque quatre ans jour pour jour après avoir subi des violences policières, Théodore Luhaka annonce la sortie de son premier album, prévue le 19 février prochain. Comme le rapporte BFMTV, le jeune homme de 26 ans espère ainsi rendre hommage à toutes les personnes qui l’ont soutenu.

publicités
François Hollande a rendu visite à Théo à l’hôpital – Photo archives AFP

Renvoi devant les assises

Les trois policiers impliqués dans l’interpellation, qui avait relancé le débat sur les violences policières, seront jugés, fait rare, devant une cour d’assises pour « violences volontaires ».

Le principal accusé pour violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente, et des trois fonctionnaires pour violences volontaires avec circonstances aggravantes. Elle a en revanche abandonné les poursuites pour viol, comme le préconisait le parquet.

publicités

La juge d’instruction en charge de l’enquête a renvoyé trois des fonctionnaires impliqués devant les assises fin novembre dernier, pour « violences volontaires ». Elle a en revanche abandonné les poursuites pour viol. Dans son réquisitoire rendu en octobre, le parquet estimait que « les éléments constitutifs du crime de viol n’étaient pas réunis ». Deux des policiers sont menacés d’un blâme par leur hiérarchie.

La musique pour avancer

En attendant le procès, Théo s’est tourné vers la musique, « comme une thérapie personnelle » a-t-il confié à BFMTV. « Parce que pour avancer, il faut savoir parler ». Six ans après les faits, le jeune homme sait qu’il doit faire un choix. « À un moment donné, il faut faire un choix. Soit on vit, soit on meurt. Mon cœur bat encore. J’ai envie. On essaie de vivre. »

D’où cet album, qui sortira le 19 février prochain, en hommage aux milliers de manifestations organisées pour le soutenir. « Il y a des gens qui sont partis faire des manifestations, des parents qui se sont levés… Je ne pouvais pas rester comme ça, sans (donner de) nouvelles, faire le mort. »

Franbuzz sur Facebook

Répondre