Après Camaïeu, ces enseignes de prêt-à-porter qui pourraient mettre la clef sous la porte

Après la fermeture des 511 magasins Camaïeu ce samedi 30 octobre, suite à la liquidation de l’enseigne de prêt-à-porter, le spectre des faillites en série plane sur l’industrie du textile. D’autres marques sont en difficulté financière, mais la situation de Camaïeu reste particulière. Explications.

publicités

L’enseigne française de prêt-à-porter Camaïeu, ancien leader de l’habillement féminin, a été placée en liquidation judiciaire mercredi 28 septembre. Trois jours plus tard, les 511 magasins de la marque ont baissé le rideau. Une fermeture aussi rapide que violente pour les salariés de l’enseigne, qui ont décidé d’occuper le siège de la marque, ce mardi 4 octobre, à Roubaix.

Qui sera le suivant ? C’est la question qui agite aujourd’hui le monde du prêt-à-porter, quelques jours après la fermeture définitive de l’enseigne Camaïeu. La liquidation judiciaire de la marque a été prononcée mercredi 28 septembre 2022 par le tribunal de commerce de Lille, sonnant la fin de près de 40 ans d’existence et le licenciement de 2600 personnes. L’enseigne n’est pas la seule concernée par les difficultés financières. La marque Pimkie pourrait, selon les observateurs, suivre bientôt son exemple.

publicités

Plusieurs enseignes en difficulté

La disparition de ce poids lourd de l’habillement fait trembler toute une filière. Et les consommateurs s’interrogent : en pleine crise économique et face à l’augmentation des prix de l’énergie et des matières premières, faut-il craindre des faillites en série ? Après deux années de Covid-19, plusieurs grandes enseignes sont fortement fragilisées.

C’est le cas notamment de l’entreprise nordiste Pimkie. En juin, la direction a annoncé mettre en vente tous ses magasins, plongeant dans l’inquiétude les 1 500 salariés. Pimkie rejoint ainsi la longue liste des entreprises qui se sont déclarées en difficulté financière : San Marina – placé en redressement judiciaire – André, La Halle, Célio…

publicités

Camaïeu dans la tourmente depuis plusieurs années

Mais attention à ne pas faire du cas de Camaïeu une vérité générale, comme l’indique Yohann Petiot, directeur de l’Alliance du Commerce. Le Covid-19 et la crise des Gilets Jaunes ont agi comme un coup de grâce sur une enseigne déjà très fortement fragilisée.  » Quand vous avez une dette aussi élevée, vous êtes obligés de consacrer vos bénéfices à la rembourser et vous prenez du retard dans votre transformation. Puis le cycle se grippe encore plus avec la conjoncture », détaille le syndicaliste auprès de 20 Minutes.

Pour ce spécialiste, ce sont les entreprises qui n’ont pas encore réussi à changer de modèle économique, en axant notamment leur développement sur la vente en ligne, qui sont les plus menacées. Reste qu’en période de baisse de pouvoir d’achat, l’habillement fait partie des secteurs de dépense sur lesquels les Français font le plus d’efforts.

Avec Agences