Après une soirée privée, les deux tiers des participants triplement vaccinés ont été infectés par Omicron

Le vaccin n’a pas empêché la contamination de 33 personnes ayant participé à une réunion privée aux îles Féroé au début du mois de décembre. Au total, 21 d’entre elles ont été contaminées par le variant Omicron le même soir. Pourtant, ils étaient tous triplement vaccinés et avaient fait un test avant leur arrivée, celui-ci s’étant révélé négatif.

publicités

Alors que le pass vaccinal sera rendu obligatoire en France dès le 15 janvier prochain, on assiste à la propagation fulgurante du variant Omicron, le vaccin n’ayant aucun effet sur ce variant. Un variant qui certes se propage rapidement au sein de la population, mais dont la dangerosité est faible, ses symptômes étant comparables à ceux d’une petite angine, ainsi que le précisait Martin Blachier le 23 décembre dernier sur LCI.

Au cours des deux mois et demi avant la réunion, ils avaient reçu leur dose de rappel

Récemment, une étude norvégienne publiée en préprint a montré que, lors d’un événement de « super-contamination », à l’occasion d’une réunion privée se déroulant aux îles Féroé (un archipel autonome faisant partie du Royaume du Danemark), parmi 33 travailleurs de la santé, 21 ont été contaminés par le variant Omicron. Celui-ci s’était largement propagé, alors même que toutes ces personnes avaient reçu trois injections de vaccin contre le Covid, rapporte RTBF. De plus, une piqûre de rappel leur avait été administrée au cours des deux mois et demi précédent cette réunion.

publicités

Comme certaines de ces personnes avaient ressenti des symptômes les jours suivant la réunion – notamment des douleurs musculaires et articulaires, mais aussi de la fièvre et de la fatigue – elles ont réalisé des tests PCR. Elles se sont alors aperçues qu’elles étaient positives. Les autres participants ont également effectué des tests et ont constaté qu’au total, 21 personnes étaient positives sur les 33. À noter qu’aucune des 21 personnes contaminées n’a été admise à l’hôpital, les symptômes étant sans gravité.

Tous les tests réalisés avant la réunion étaient négatifs

publicités

Les auteurs de cette étude en ont déduit que la période d’incubation du variant Omicron est plus courte que pour les variants précédents puisque chacun des 33 participants avait réalisé un test juste avant d’assister à ce rassemblement, celui-ci s’étant révélé négatif. Ils ont de surcroît constaté que la triple vaccination n’avait pas empêché le variant Omicron de contaminer les deux tiers de ces personnes.

En outre, face à cette « super-contamination », le médecin-chef a demandé à ce que soit réalisé le séquençage du génome du virus, permettant ainsi d’identifier le variant Omicron sur l’île, précise encore RTBF.

VIA Epoch Times

Franbuzz sur Facebook

Répondre