Arnaud Montebourg devrait annoncer son retrait de la campagne présidentielle « d’ici quarante-huit heures »

À la traîne dans les sondages, Arnaud Montebourg devrait annoncer son retrait de la campagne présidentielle « d’ici quarante-huit heures » sur les réseaux sociaux. Il devrait acter l’échec de sa campagne dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

publicités

Il n’y aura pas de « remontada » pour Arnaud Montebourg. Selon des informations de nos confrères 20 minutes, le conseil politique du candidat de gauche a décidé lundi soir d’arrêter sa campagne pour la présidentielle de 2022. Il devrait annoncer son retrait dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux « d’ici quarante-huit heures », selon une source proche du candidat. L’ancien ministre du Redressement productif ne devrait pas annoncer un ralliement à Christiane Taubira, comme envisagé il y a une semaine.

C’est la troisième fois qu’Arnaud Montebourg tentait sa chance à l’élection présidentielle. Lors des deux premières tentatives, en 2012 et 2017, il l’avait fait au travers des primaires organisées par le Parti socialiste, en arrivant à chaque fois en troisième position au premier tour.

publicités

Elu député PS de la Saône-et-Loire lors du retour de la gauche au pouvoir en 1997, il avait progressivement pris ses distances avec le parti après son départ tonitruant du gouvernement Valls, à la fin de l’été 2014. Début septembre, c’est donc hors parti qu’il s’est lancé, avec toutes les difficultés que cela comporte : le manque de troupes et le manque d’argent.

Une campagne raillée jusqu’au bout

De cette nouvelle campagne présidentielle ratée, on retiendra surtout deux choses : d’abord un slogan, la « Remontada de la France », qui ne cessera pas d’être moqué. Et puis, sur le fond, sa proposition de bloquer les transferts d’argent privé vers les comptes bancaires situés dans des pays qui refusent de reprendre leurs ressortissants visés par une obligation de quitter le territoire français. Seule l’extrême droite avait proposé une telle mesure jusque-là. Arnaud Montebourg perd alors une partie de ses troupes, qui ne s’y retrouvent pas, et pense déjà, un temps, mettre un terme à sa campagne.

publicités

En décembre, l’ancien député de l’aile gauche du PS acte finalement à demi-mot la possible fin de sa campagne en déclarant « mettre sa candidature à la disposition d’un projet commun » à gauche.

Il se fait filmer alors en train d’appeler les autres candidats de gauche afin d’entamer des discussions pour un rapprochement, mais la mise en scène est, là aussi, raillée. Au point mort dans les sondages, et non retenu pour le vote de la Primaire populaire Arnaud Montebourg semblait se retrouver dans une impasse. A 57 ans, il en a semble-t-il tiré les conclusions.

Franbuzz sur Facebook

Répondre