AstraZeneca : Une retraitée du Pas-de-Calais décède 10 jours après la première injection, son mari porte plainte

10 jours seulement après sa première injection d’AstraZeneca, Bernadette, 61 ans, décède brutalement d’une thrombose. Depuis, son mari Dominique se bat pour obtenir des réponses et pour que justice soit faite.

publicités

Un simple vaccin pour échapper au Covid-19 s’est transformé en drame. Bernadette et Dominique sont éligibles à la vaccination et décident de sauter le pas avec le vaccin AstraZeneca le 26 mars dernier. Cependant, alors qu’elle n’avait jamais contracté le Covid-19, Bernadette perd la vie 10 jours après la première dose. Depuis, son mari se bat pour que justice soit faite.

Polémique concernant l’AstraZeneca

Au début de la campagne de vaccination, les personnes âgées étaient prioritaires car plus fragiles quant au Covid-19. Dominique, 64 ans, reçoit un courrier de la MSA l’informant son éligibilité au vaccin. Interviewé par France 3, il se souvient : « Je suis parti voir à la pharmacie et la pharmacienne m’a dit que mon épouse était aussi éligible. Elle était auxiliaire de vie, c’était une façon de protéger les petits vieux ».

publicités

Aucun des deux n’a contacté le Covid-19, ils choisissent donc de se faire vacciner avec AstraZeneca le 26 mars, même si une polémique pour des cas de thrombose était en cours. En effet, les rapports démontrent l’efficacité du vaccin, mais également le risque de thrombose relégué comme étant un effet secondaire rare.

Le vaccin AstraZeneca à l’origine des thromboses

Mais c’est la nuit du dimanche 4 au lundi 5 avril que la situation se détériore. « Elle a passé une mauvaise nuit, et pour la première fois, elle n’est pas partie au travail un lundi matin », se rappelle l’époux. Les symptômes apparaissent de nouveau vers 16 heures.

publicités

La douleur est paralysante. « J’appelle le 112 vers 17 heures et ils l’ont emmené vers l’hôpital de Calais. Quelques temps après, ils m’annoncent qu’elle va être héliportée à Lille. Ils avaient vu une thrombose, et son état était bien pire que ce qu’ils pensaient ».

Malheureusement, l’état de Bernadette s’aggrave : « Ça a commencé vendredi suivant, le 2 avril, soit huit jours après. Elle était prise de diarrhées, de vomissements et de douleurs au ventre ». Elle se porte mieux les jours suivants, mais tout déraille dans la nuit du dimanche 4 au lundi 5 avril, puis vers 16 heures où les symptômes sont de plus en plus violents.

Un lien entre le décès et la vaccination « confirmé à 99%« 

Vers 11h30, le médecin urgentiste l’appelle pour lui expliquer que le décès de sa femme est liée « à de multiples thromboses et me demande l’autorisation d’effectuer une autopsie ». Il lui faut attendre 12 semaines pour avoir les résultats « après m’être bagarré des dizaines de fois et avoir été baladé d’un service à l’autre ». Le lien entre le décès et la vaccination à l’AstraZeneca lui a été « confirmé à 99%« .

Après réception et étude des documents médicaux, son avocat lui confirme le lien de cause à effet : « pour lui, il ne fait aucun douteIl me l’a écrit dans ce sens, il l’a écrit dans ce sens au procureur de la république de Boulogne », qui se charge du dossier. Dominique décide de porter plainte et de se constituer partie civile.

Franbuzz sur Facebook

Répondre