Bébé tué au Destop dans une crèche : l’inquiétant profil de l’employée dévoilé

Mercredi 22 juin, un bébé de 11 mois a été retrouvé inanimé dans une crèche de la ville de Lyon. BFMTV dévoile ce vendredi qu’une employée de l’établissement a reconnu avoir « aspergé puis fait ingérer un produit à la petite fille ». Elle a été placée en détention provisoire.

publicités

Une employée de crèche de Lyon a été mise en examen vendredi, soupçonnée d’avoir tué une fillette de 11 mois après lui avoir fait « ingérer un produit caustique » car elle ne supportait pas ses pleurs, a annoncé le parquet de Lyon. Des informations viennent de tomber sur le profil de cette femme.

Alors que les vacances approchent, les enfants vont bientôt être retirés de l’école ou de la crèche pour rejoindre leurs parents. Si ces lieux sont sécurisants pour les plus jeunes, il y arrive parfois des drames. Rappelez-vous, la semaine dernière, un bébé a perdu la vie à Lyon. Le drame a eu lieu dans une crèche.

publicités

La responsable : une employée de l’établissement de garde. Excédée par les pleurs du bébé, elle lui aurait donné un produit très dangereux. En effet, elle l’aurait aspergé puis lui aurait fait ingérer du Destop, habituellement utilisé pour déboucher les canalisations. Mais comment cette femme a pu en arriver là ?

Une femme fragilisée et en colère

Des informations sur son profil viennent d’être révélées. D’après France 3, Myriam J. a 27 ans et vient de passer son CAP petite enfance. Elle y était en CDI depuis mars dans cette crèche gérée par People and Baby et avait eu de l’expérience précédemment avec les enfants. Elle n’avait jamais eu de problèmes dans ses anciens emplois et son casier judiciaire était vierge.

publicités

Toutefois, elle vivait dans « un contexte personnel particulier » , comme l’a évoqué son avocat. Comme le rapporte BFM TV, « son petit ami est en détention et ne correspondait plus avec elle depuis un certain temps. (…) Elle ne dormait pas, elle ne pensait qu’à ça » . Selon Philippe Duplan, touchée par ses problèmes personnels et ses conditions de travail dégradées, la jeune femme aurait donc disjoncté. Son avocat a même ajouté que Myriam « était trop fragile pour se retrouver seule avec un enfant » .

Elle passe aux aveux

La jeune femme a reconnu les faits et son avocat défend qu’il s’agissait d’un « geste de colère sans volonté d’homicide » .

L’employée a alors été placée en garde à vue vendredi et par la suite mise en examen pour homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans. Elle est donc actuellement en détention provisoire.

De son côté, le réseau de crèche a reçu de nombreuses critiques sur les conditions de travail et sur son personnel, jugé de moins en moins compétents.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre