Bloqués dans le bouchon à cause d’un camion en feu, des automobilistes se font verbaliser

Des Montpelliérains qui se rendaient à Perpignan vendredi 26 février ont été surpris par les embouteillages causés par l’incendie d’un camion sur l’A9. Avec plusieurs heures de retard sur leur trajet, ils ont écopé d’une amende pour non-respect du couvre-feu.

publicités

Cela n’a pas changé depuis des semaines, le couvre-feu est toujours en vigueur sur l’ensemble du territoire français de 18h à 6h. Mais il arrive de dépasser cet horaire pour diverses raisons comme des embouteillages.

Ce fut le cas pour de nombreux automobilistes ce vendredi 26 février, bloqués sur l’A9, dans l’après-midi, l’autoroute a été coupée entre Sète et Agde (Hérault) pendant plusieurs heures, à cause d’un camion en feu. L’accident a créé de gros bouchons dans l’après-midi. En sortant de l’autoroute, des Montpelliérains se sont fait verbaliser pour non-respect du couvre-feu.

publicités

Il écope d’une mande pour deux

C’est notamment le cas de Toinon, un Montpelliérain de 24 ans. Bloqué pendant deux heures entre Montpellier et Perpignan, le jeune homme ne réussit à quitter l’autoroute qu’aux alentours de 19h40. Il s’est alors fait contrôler par les gendarmes qui lui ont collé une amende.

« Ils ont inspecté la voiture puis ils nous ont dit qu’ils nous verbalisaient pour non-respect du couvre-feu. J’ai été un peu surpris, parce qu’on écoutait la radio, et ils disaient que les gendarmes seraient cléments comme il y avait eu des bouchons. Ils nous ont dit qu’ils étaient déjà assez cléments de nous mettre une amende pour deux personnes » , explique toison à France Bleu.

publicités

Il compte contester l’amende

Résultat, une seule amende pour tout le véhicule, qui comprenait un conducteur et deux passagers. L’une des passagères a présenté une attestation dérogatoire pour trajet long, attestation normalement valable accompagnée d’un billet de train ou d’avion, mais acceptée par les gendarmes.

Les deux autres occupants du véhicule n’avaient pas rempli d’attestation, pensant arriver dans les clous. Ils ont écopé d’une amende pour deux. Le conducteur du véhicule a l’intention de contester son amende.

Toinon a confié vouloir contester cette amende. « Ça faisait depuis quatre heures que j’étais en voiture! Moi aussi j’aurais voulu arriver avant le couvre-feu! » , a-t-il déclaré à France Bleu. Malheureusement, il n’était pas le seul dans ce cas-là.

Franbuzz sur Facebook

Répondre