Couvre-feu à Paris : des clients verbalisés à la caisse d’un supermarché à 18h06 pour non respect du couvre-feu

Alors qu’ils allaient régler leurs courses, mercredi 27 janvier à 18 h 06, des clients d’un Franprix à Paris (XXe) ont été verbalisés pour non-respect du couvre-feu. Le gérant a, lui aussi, reçu une amende car son commerce était ouvert.

publicités

Il était 18 h 06, mercredi 27 janvier, lorsque des policiers ont pénétré à l’intérieur d’un Franprix du 20e arrondissement de Paris. Au total, une dizaine de clients et le gérant de l’enseigne auraient écopé d’une amende de 135 euros pour non-respect du couvre-feu, rapporte 20 Minutes.

L’humoriste Arnaud Cosson, présent dans le magasin du XXe arrondissement, a dénoncé sur Facebook un « manque d’humanité » et « un manque d’empathie », une affaire relayée par Actu Paris.

publicités

Selon plusieurs témoins, quatre policiers seraient arrivés dans le magasin à 18 h 04. « Sortez vos pièces d’identité, laissez vos courses, personne ne sort d’ici, tout le monde sera verbalisé ! », aurait lancé un des fonctionnaires. Ils ont contrôlé et verbalisé les clients ainsi que le gérant de la supérette, a indiqué le préfet de police auprès de nos confrères. Sur place, des policiers avaient pourtant affirmé aux clients qu’ils ne seraient pas verbalisés.

Le groupe Franprix a confirmé à 20 Minutes l’intervention de police expliquant qu’une dizaine de clients se trouvaient dans le magasin parisien malgré le couvre-feu à 18 h.

Le gérant déjà mis en garde

Ceux qui avaient une attestation ont présenté le document mais elle n’était pas valable. « Seules les activités correspondant aux motifs de sortie avec attestation peuvent être faites pendant le couvre-feu, lesquelles n’incluent pas les courses alimentaires », a justifié la préfecture de la police. Pour se défendre, les clients qui rentraient du travail ont expliqué qu’ils ne disposaient pas d’autres moments pour faire leurs courses.

publicités

Le gérant du magasin aurait « déjà été mis en garde sur la nécessité de respecter plus strictement l’horaire de fermeture de 18 h », ajoute la préfecture de police. Les policiers lui auraient déjà demandé de ne plus accueillir de nouveaux clients après 17 h 50 afin d’être en mesure de respecter la règle.

Des témoins ont reconnu que les policiers avaient demandé aux clients de rentrer chez eux avant d’intervenir et de sévir. Mais les employés avaient continué à encaisser et le magasin était resté ouvert.

Les policiers ont découvert la présence de clients à l’intérieur après le début de couvre-feu

Interrogé par 20 Minutes, un témoin a affirmé avoir échangé avec un policier sur place, qui lui aurait expliqué que les policiers étaient déjà venus « quatre fois » pour dire au gérant de fermer « à 18 heures pile ». Sur le moment, le policier lui a assuré que les clients ne seraient pas verbalisés, mais cela n’a pas été le cas.

Selon la Préfecture de police : « Les policiers ont procédé au contrôle du magasin et ont découvert la présence de clients à l’intérieur après le début de couvre-feu. Le gérant et les clients étaient contrôlés et verbalisés en application stricte des règles du respect des mesures du couvre-feu. En effet, s’agissant des clients, seules les activités correspondant aux motifs de sortie avec attestation peuvent être faites pendant le couvre-feu, lesquelles n’incluent pas les courses alimentaires. »

De son côté, l’enseigne Franprix a confirmé l’intervention des forces de l’ordre avant l’heure du couvre-feu : « Il y avait une dizaine de clients dans le magasin à ce moment-là. » Les policiers ont alors dit au gérant de fermer son magasin « à 17 h 50 pour être vide à 18 heures. » Ce qui n’a pas été respecté.

Franbuzz sur Facebook

Répondre