Couvre-feu avancé, attestation, réveillon du 31… Quelles pistes pour les fêtes si la situation sanitaire ne s’améliore pas ?

Fin novembre, Emmanuel Macron avait annoncé l’allègement du confinement à partir du 15 décembre si les contaminations tombaient à 5000 nouveaux cas quotidiens. Mais les courbes semblent pousser le gouvernement à revoir sa copie. Que peut-il alors se passer après le 15 décembre ?

publicités

C’est la question qui agite toutes les familles en ce moment : pourront-elles fêter Noël ensemble cette année ? Or cet objectif de 5000 nouveaux cas quotidiens semble de moins en moins réaliste. Depuis dix jours, les chiffres inquiètent les autorités de santé. Ils ne baissent plus en particulier chez les plus de 75 ans.

« Malgré tous nos efforts, le risque de rebond épidémique est élevé », a indiqué lundi soir le directeur général de la santé le Pr Jérome Salomon.  « Il est difficile de prévoir l’évolution mais si les conditions actuelles se poursuivent, il sera très difficile d’atteindre cet objectif ».

publicités

Ce qui est prévu le 15 décembre

Le confinement a été une première fois allégé le 28 novembre avec la réouverture des commerces, la reprise des activités extrascolaires en extérieur ou la réouverture des lieux de culte. La seconde phase doit intervenir le 15 décembre. Il est prévu la réouverture des cinémas, théâtres ou musées, la reprise des activités extrascolaires en intérieur et surtout la suppression des limitations. Un couvre-feu doit entrer en vigueur à partir du 15 décembre sauf les 24 et 31 décembre.

Ce qui pourrait se passer le 15 décembre

Si les chiffres restent mauvais d’ici le 15 décembre, que va-t-il se passer ? Peut-on imaginer que le gouvernement modifie ses plans initiaux pour éviter un rebond des contaminations comme les Etats-Unis l’ont vécu avec la fête de Thangsgiving en novembre ? « Notre stratégie s’adapte en continu et en temps réel », a simplement répondu le Pr Jérome Salomon. Plusieurs pistes seraient à l’étude :

publicités
  • Le maintien d’une attestation de déplacement dérogatoire après le 15 décembre.
  • La piste de l’interdiction de circuler entre les régions serait envisagée mais « [on peut] difficilement appliquer ce genre de mesures très restrictives avec un problème d’acceptabilité à 15 jours de Noël », selon un conseiller ministériel cité par nos confrères de BFMTV.
  • L’instauration d’un couvre-feu à partir de 17 heures au lieu de 21 heures pour maintenir une limitation des déplacements, selon les informations de BFMTV et de Libération. Une mesure qui aurait des conséquences sur l’activité des cinémas et des théâtres si leur réouverture est bien maintenue le 15 décembre.
  • L’exécutif envisagerait également de maintenir les musées, théâtres et cinémas fermés. Le report de l’ouverture des salles de spectacles, cinémas et musées « est sur la table », a expliqué mercredi sur BFMTV Aurore Bergé, présidente déléguée du groupe LaREM à l’Assemblé.
  • Une autre piste à l’étude, toujours selon nos confrères : les Français pourraient se réunir à Noël mais une attestation de déplacement dérogatoire spéciale le 31 décembre pourrait être mise en place.

Un couvre-feu avancé

C’est l’une des principales mesures envisagées par le gouvernement. Au vu des chiffres de ces derniers jours, l’exécutif envisagerait d’avancer le couvre-feu, révèle BFMTV. Le nouvel horaire pourrait être 20 heures, croit savoir la chaîne. Le couvre-feu avait été mis en place mi-octobre avant le confinement, et s’était révélé efficace pour ralentir l’épidémie, au vu de la baisse des contaminations mesurée trois semaines plus tard. Il avait cependant été rapidement remplacé par le second confinement, au vu de la rapidité de propagation du Covid-19.

Le Nouvel an dans la balance ?

Va-t-on pouvoir fêter Noël ? L’autorisation des déplacements interrégionaux devrait être maintenue pour Noël et le couvre-feu levé au soir du 24 décembre, affirme BFM. S’il paraît difficile « d’annuler » les fêtes de Noël, l’exécutif envisagerait un Nouvel An soumis à de lourdes restrictions. Le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré mardi sur LCI que « Noël n’est pas le Nouvel An », laissant entendre que des mesures plus restrictives pourraient être appliquées au réveillon du 31. Le Parisien indique que le débat aurait été animé lors du Conseil de défense de mercredi, « certains ministres ne voyant pas pourquoi on différenciait les deux ». Sur le fil entre risque sanitaire et besoin de se retrouver, comment l’exécutif va-t-il trancher ? Interrogé sur RMC, le professeur Gilles Pialoux a pour sa part estimé qu’il fallait « oublier le 31 décembre pour protéger 2021 ».

Jean Castex va parler jeudi à 18 heures

Aucune de ces pistes n’a été confirmée officiellement. Il s’agit d’hypothèses de travail. Tout dépendra de l’évolution des chiffres de contamination et de la tension hospitalière ces prochains jours. Un nouveau Conseil de défense est prévu mercredi matin. Jean Castex prendra la parole jeudi à 18 heures pour apporter les précisions qu’attendent des millions de Français.

Le gouvernement a déjà donné la consigne d’être six adultes à table sans compter les enfants le soir de Noël. Par sécurité, le chef du service des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou Philippe Juvin recommande même dans le Figaro de se faire tester 24 heures avant le repas du Réveillon.

Quoi qu’il en soit, ce Noël 2020 ne sera vraiment pas comme les autres.

Franbuzz sur Facebook

Répondre