Covid-19 : En France, le rebond de l’épidémie entraîne une forte hausse des hospitalisations et une augmentation des décès

Le rebond de l’épidémie de Covid entraîne une forte hausse des hospitalisations et une augmentation des décès, alerte Santé Publique France ce vendredi. Le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy prévoit un pic de cette 7ème vague pour la fin juillet.

publicités

Santé publique France a publié ses derniers chiffres sur le Covid-19, et ce n’est pas très réjouissant. La semaine du 20 au 26 juin, le taux d’incidence a augmenté de 53 %, une accélération par rapport à la semaine précédente (+29 %), selon le dernier bulletin de l’agence sanitaire. Jeudi, le nombre de contaminations s’élevait ainsi à 133.346, une hausse de 67 % en sept jours.

Preuve que le nombre de cas augmente fortement, 125.066 détectés en 24 heures ce vendredi contre 80.000 une semaine plus tôt, les tests sont également en très forte hausse, et ont repassé la barre des deux millions de tests par semaine. Selon le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy, le pic de cette 7ème vague est attendu pour la fin juillet.

publicités

Les hospitalisations en forte hausse, les décès augmentent

La semaine dernière, les hospitalisations étaient en hausse « dans toutes les classes d’âge », indique Santé publique France. Les taux d’hospitalisation les plus élevés sont chez les 80 ans et plus. Le taux d’incidence, lui, a augmenté de plus de 50% dans la quasi-totalité des classes d’âge. Dans les établissements sociaux et médico-sociaux, après six semaines de baisse, « le nombre de nouveaux cas confirmés a de nouveau augmenté à partir du 30 mai, indique aussi Santé Publique France.

Ce vendredi, on compte 1.206 admissions à l’hôpital sur 24 heures, contre 912 le vendredi précédent et 659 il y a deux semaines. 15.496 personnes sont hospitalisées avec un diagnostic Covid, dont 960 accueillies dans les unités de soins critiques, qui traitent les formes les plus graves.

publicités

La barre des deux millions de tests en une semaine dépassée

Autre illustration de l’accélération de cette septième vague, le nombre de tests a de nouveau franchi la barre des deux millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé. Avec plus de 2,1 millions de tests PCR et antigéniques validés entre le 20 et le 26 juin contre plus de 1,6 million la semaine précédente, « la hausse du nombre de tests s’accentue », indique la Drees, la direction des statistiques dans un communiqué. Si le nombre de tests est en hausse « pour l’ensemble des tranches d’âge », il reste nettement plus marqué chez les moins de 16 ans (+49%).

Le pic attendu pour mi-juillet, le système de soins en tension fin juillet ?

La septième vague de Covid-19 ne devrait « pas gâcher l’été », mais le système de soins pourrait être de nouveau sous tension vers la fin juillet, a estimé jeudi le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy sur RTL. « Ça ne va pas gâcher l’été car nous sommes vaccinés », a-t-il ajouté. Mais on s’attend à 1.500 admissions quotidiennes à l’hôpital d’ici une semaine, c’est-à-dire comme au mois de mars, alors que l’offre de soins est plus faible », a-t-il relevé. « Il suffit qu’il y ait une bascule d’un nombre d’hospitalisations plus grand lié au Covid sur un système de soins fatigué et il va y avoir une balance difficile fin juillet-début août » au moment du pic, a-t-il prévenu.

L’isolement toujours nécessaire en cas de test positif

« Il reste nécessaire de s’isoler en cas de symptômes et de test positif pour la Covid-19 », prévient Santé publique France. « Il est primordial d’appliquer à titre individuel les gestes barrières dont le port du masque (en présence de personnes fragiles et en cas de promiscuité dans les espaces fermés, notamment dans les transports, ou lors de grands rassemblements), le lavage des mains et l’aération fréquente des lieux clos ».

Une quatrième dose conseillée pour les plus fragiles

Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale français, a de nouveau incité les plus fragiles (plus de 60 ans et immunodéprimés), sur France Inter, à faire une 4e dose de vaccin. À quelques jours des grands départs en vacances, le professeur conseille également aux grands-parents qui vont recevoir leurs petits-enfants de réaliser leur deuxième rappel. « C’est absolument essentiel, ça ne se discute pas, c’est impératif pour limiter au maximum les conséquences de cette vague », tranche Alain Fischer.

Un quart des personnes éligibles ont reçu leur second rappel vaccinal contre le Covid, taux « clairement insuffisant », selon le gouvernement.

Le masque encouragé dans les lieux clos et les transports, mais pas obligatoire

La Première ministre Elisabeth Borne a demandé mardi aux préfets et autorités sanitaires d’encourager le port du masque dans les lieux clos. Jusqu’à présent, il s’agit de « recommandations », sans obligation. 

« Il faut fortement recommander de porter le masque dans les lieux clos, mal aérés », estime le professeur Alain Fischer. Selon lui, « ça implique de mettre le masque dans les transports en commun, dans certains lieux de travail ou de sociabilisation (…) là où beaucoup de contaminations se passent ». « S’il faut aller à l’obligation, personnellement, je ne suis pas contre », ajoute-t-il.

Source: France Bleu