Covid « Deltacron » : Une fusion entre Omicron et Delta observée à Chypre

Des scientifiques semblent avoir détecté des cas de Covid, combinant les deux variants Delta et Omicron. Mais pour d’autres, ce serait une fausse alerte liée à une erreur de laboratoire, ce que nie l’auteur de la découverte dimanche 9 janvier 2022.

publicités

Un scénario digne des plus grands films de l’histoire du cinéma. Des scientifiques chypriotes affirment avoir découvert un nouveau variant de l’épidémie du coronavirus. Jusque-là, rien de surprenant, puisque de nouvelles souches de l’épidémie sont découvertes régulièrement. Mais celle-là fait froid dans le dos, car il s’agit d’une fusion entre deux variants bien connus : les variants Delta et Omicron.

Leondios Kostrikis, professeur de Biologie à l’Université de Chypre a indiqué à la télévision qu’il y avait « actuellement des co-infections omicron et delta et nous avons trouvé cette souche qui est une combinaison de ces deux« , rapporte l’agence de presse Bloomberg, comme l’a repéré l’Indépendant.

publicités

25 cas détectés

« Il existe actuellement des co-infections omicron et delta et nous avons trouvé cette souche qui est une combinaison des deux », a déclaré Leondios Kostrikis dans une interview avec Sigma TV vendredi. La découverte a été baptisée « Deltacron », en raison de l’identification de signatures génétiques de type omicron dans les génomes delta.

L’équipe chypriote affirme avoir identifié 25 cas de « Deltacron » ​et l’analyse statistique montre que la fréquence relative de l’infection combinée est plus élevée chez les patients hospitalisés pour le Covid-19 par rapport aux patients non hospitalisés.

publicités

Une fausse alerte ?

L’annonce d’une fusion entre les deux variants qui font actuellement prospérer l’épidémie de Covid dans le monde n’a pas manqué d’affoler la toile : le mot deltacron faisant partie des tendances Twitter ce dimanche.

Toutefois, cette découverte pourrait n’être que le fruit d’une mauvaise manipulation dans le laboratoire chypriote, rapporte Libération. Plusieurs scientifiques ont analysé les séquences génétiques des 25 cas chypriotes du « Deltacron » ​déposés sur la base de données internationale Gisaid, qui rapporte les séquençages du coronavirus et permet de tracer l’arbre généalogique de coronavirus.

Plusieurs scientifiques ont fait de leur réserve, émettant l’hypothèse que les découvertes de Leonidos Kostrikis étaient le résultat d’une contamination en laboratoire.

« Les séquences chypriotes « Deltacron » dont parlent plusieurs grands médias semblent être assez clairement une contamination – elles ne se regroupent pas sur un arbre phylogénétique », a ainsi tweeté samedi Tom Peacock, virologue de l’Imperial College de Londres. Selon lui, l’explication viendrait du fait que les échantillons de patients contaminés par omicron, et d’autre part delta, pourraient s’être retrouvés par erreur dans la même analyse, laissant ainsi penser à une fusion entre les deux variants.

Ce n’est pas une erreur selon le scientifique chypriote

Leondios Kostrikis a toutefois défendu dimanche son affirmation selon laquelle il existe une nouvelle souche de Covid-19 qui combine les caractéristiques des variants delta et omicron, rapporte Bloomberg . Selon lui, les cas qu’il a identifiés « indiquent une pression évolutive sur une souche ancestrale pour acquérir ces mutations et non le résultat d’un seul événement de recombinaison ».

Alors que les échantillons ont été traités dans plusieurs procédures de séquençage dans plus d’un pays, le scientifique chypriote rapporte qu’au moins une séquence en Israël déposée dans une base de données mondiale présente les caractéristiques génétiques du deltacron.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre