Delphine Jubillar: Son mari Cédric a déjà retrouvé l’amour ?

Presque cinq mois après sa disparition, Delphine Jubillar reste toujours introuvable. Selon les informations publiées par Femme Actuelle le mardi 11 mai, Cédric Jubillar a pris une décision radicale.

publicités

L’époux de Delphine Jubillar, Cédric, serait l’objet de convoitise d’une multitude de femmes. En effet, il recevrait depuis l’étrange disparition de sa femme, beaucoup de courriers dans le but de le séduire. De quoi en surprendre plus d’un !

Pour rappel, Delphine Jubillar a disparu la nuit du 15 au 16 décembre 2020.

Cédric Jubillar objet de convoitise ?

En instance de divorce lors de la disparition de Delphine, Cédric serait à ce jour courtisé par beaucoup de femmes. Parmi les menaces de mort régulières se cacheraient donc des messages de quelques femmes qui désirent lui venir en aide. Certaines seraient même beaucoup plus engageantes…

publicités

Deux clans se distinguent

Toutes ces démonstrations d’amour ne sont pas pour plaire à la famille de Delphine qui n’accorde aucune faveur à leur beau-fils. Il faut dire que Cédric le cherche bien. Le 16 Mai avait lieu une nouvelle battue par la famille de Delphine. Celui-ci s’est présenté uniquement pour se moquer de la recherche « inutile » selon ses dires. Il s’est même montré extrêmement agressif envers sa belle-famille.

Cédric Jubillar lors d’une précédente battue en décembre 2020. Photo d’archives Fred SCHEIBER / AFP

Suite à la disparition de Delphine, très vite, deux clans se sont détachés. Il y a les « Aussaguel » et les « Jubillar ». Les deux familles sont depuis en éternel désaccord. De quoi compliquer encore plus l’enquête concernant Delphine Jubillar qui reste à ce jour malheureusement introuvable.

publicités

Une mobilisation toujours active

Alors que l’enquête semble être au point mort puisqu’aucun indice n’a permis de savoir ce qui est arrivé à Delphine Jubillar, la gendarmerie nationale a, dans les colonnes de France Bleu le 5 mai dernier, souhaité rétablir certaines vérités.

«Il n’y a pas de baisse d’activité, pas de baisse d’effectifs, les gendarmes continuent de travailler d’arrache-pied», lance-t-elle d’abord avant de préciser : «La cellule est toujours en place avec toujours le même nombre d’effectifs».

Pour rappel, une information judiciaire avait été ouverte pour «enlèvement, détention ou séquestration» et c’est toujours la piste criminelle qui est privilégiée par les enquêteurs. L’enquête permettra-t-elle de découvrir ce qui est arrivé à Delphine Jubillar ?

Franbuzz sur Facebook

Répondre