Des images d’une extrême violence lors de la manifestation anti Pass Sanitaire : des hommes armés de bâtons attaquent

Au début de la manifestation contre la vaccination et le pass sanitaire à Toulouse, ce samedi 11 septembre, une violente bagarre a opposé une vingtaine d’individus et des membres du cortège. Sous fond de rivalité politique ?

publicités

À Toulouse, des images d’une extrême violence nous sont parvenues. En effet, des individus s’en sont pris à des manifestants à coups de barres lors d’affrontements. Plusieurs blessés sont à déplorer.

Le boulevard Carnot de Toulouse transformé en ring de boxe, les règles en moins, durant la manifestation contre le pass sanitaire ce samedi 11 septembre. Des coups de pied, de bâton (pas de barre de fer), de manche de drapeau… Ça court, ça hurle avant que la police sépare les protagonistes.

publicités

Des hommes ont été attaqués par des personnes armées de bâtons en pleine rue

Selon le ministère de l’Intérieur, il y avait ce samedi 121 000 personnes défilant en France pour dénoncer le pass sanitaire, à seulement quelques jours de l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale pour toutes les professions de santé.

À Toulouse, il y a eu environ 1200 personnes, et une altercation extrêmement violente a eu lieu en début de manifestation entre des manifestants et une dizaine de jeunes hommes qui étaient venus pour en découdre. Cet incident a rapidement pris fin suite à une intervention rapide de la police, mettant ainsi en fuite les agresseurs.

publicités

Les antivax et anti-pass sanitaire présents ont immédiatement dénoncé une action de fachos de l’extrême droite. Un affrontement très rapide, qui a néanmoins occasionné quelques blessés, rapidement pris en charge par les secours.


Source de vidéo: Le Tribunal du net

Des affrontements moins violents lors des dernières manifestations

Il est force de constater que le ton monte de plus en plus régulièrement entre militants d’extrême gauche et d’extrême droite lors des manifestations. Un constat confirmé par l’ensemble des forces de l’ordre qui ont d’ailleurs repéré le profil de plusieurs individus. Samedi 4 septembre, un début d’affrontements de même nature avait également eu lieu dans le cortège.

Qui se trouvaient derrière les masques et casquettes, certains à visage totalement découvert, de ceux l’on qualifiera d’agresseurs ? Difficile de l’affirmer même si cela ressemble à des membres d’un groupuscule d’extrême droite.

Ces dernières semaines, des affrontements moins spectaculaires, moins long (cette fois au moins 5 mm d’échanges de coups) ont opposé des membres de l’extrême droite et de l’extrême gauche. Leur antagonisme, pas nouveau, est jalonné d’affrontement. Et cette bagarre ne va pas réconcilier les deux camps.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre