« Emmerder les non vaccinés » : ce maire breton, non-vacciné, porte plainte contre Emmanuel Macron pour injure et diffamation

José Mercier, maire de Bovel (Ille-et-Vilaine), a porté plainte ce mardi 11 janvier contre Emmanuel Macron pour ses propos envers les non-vaccinés dont il fait partie. Il s’explique dans un communiqué.

publicités

« Injure, atteinte à l’honneur, diffamation, discrimination et stigmatisation. » Ce sont les motifs de la plainte que va transmettre José Mercier, maire de Bovel (Ille-et-Vilaine), petite commune de 600 habitants située entre Ploërmel et Rennes, au procureur de la République de Rennes, à l’encontre d’Emmanuel Macron, ce mardi 11 janvier 2022. Il est le premier maire breton à le faire.

Des propos qui l’ont blessé

Elle fait suite à la phrase polémique du chef de l’État parue le 4 janvier 2022, dans le Parisien : « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder ». Des propos « qui l’ont blessé ».

publicités

« Ces propos et invectives, par le mépris qu’ils expriment, affectent l’image que j’ai de moi-même et celle que mes concitoyens sont susceptibles d’avoir de leur maire », justifie José Mercier.

« Une plainte réelle »

« Ce n’est pas une plainte symbolique, mais une plainte réelle, même si je sais pertinemment que le Président de la République est protégé par une immunité. C’est une action indépendante de toute sensibilité politique », tient à souligner l’édile de sensibilité écologiste, de ce bourg de 600 âmes au sud de Rennes.

publicités

Il insiste : « Je le fais par attachement au respect des différences et de la liberté de choix, pendant qu’il en est temps. La violence politique se traduit toujours par la recherche de boucs émissaires. »

José Mercier, maire de Bovel depuis 1993. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Dans le texte de sa plainte, il explique « être resté dans la légalité la plus stricte en ne se faisant pas vacciner » et fait valoir qu’« il a personnellement contribué à mettre en place deux dispositifs de vaccination dans [sa] commune ».

José Mercier est connu pour avoir mené la guerre aux compteurs Linky y compris devant les tribunaux depuis 2017. Son conseil municipal avait d’ailleurs délibéré contre la pose des compteurs dits intelligents sur le territoire de la commune. Une décision qui avait été retoquée.

Attaché à la liberté de choix

Le maire de Bovel, non vacciné par choix, estime ne pas être « irresponsable« , et bat en brèche les critiques du Président de la République. « Nous serions irresponsables ou, disons, inconscients, le mot serait quand même plus faible si on ne prenait pas de précautions. Je n’ai jamais contaminé personne. J’ai facilité la mise en place de deux campagnes de vaccination sur ma commune, en parfait accord avec les services de l’Agence régionale de santé d’une part, et avec les pompiers d’autre part, mettant à disposition des locaux, allant chercher les gens s’il le fallait, etc. Parce que je suis attaché à la liberté de choix de chacun », poursuit José Mercier.

L’édile n’est pas le premier à déposer une telle plainte. Dans l’Hérault, une mère de famille, non-vaccinée tout comme sa fille, pour raisons de santé, a fait de même il y a quelques jours. Le cas également d’un retraité de Corrèze, choqué par une autre phrase polémique de l’entretien d’Emmanuel Macron, qui, évoquant les non-vaccinés, assurait avoir «très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie »,

Franbuzz sur Facebook

Répondre