En France – Un ado de 13 ans tué et démembré, probablement victime d’un cannibale

Un mineur a été tué et démembré dans l’appartement d’un trentenaire, dimanche soir dans les Bouches-du-Rhône. Sa tête avait été partiellement mangée. Le suspect a été abattu par un policier.

publicités

C’est un scénario sordide, digne d’un film d’horreur qui a été écrit dimanche soir à Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône. Un adolescent de 13 ans a été tué et démembré, le visage en partie rongé, alors qu’il se rendait chez sa mère, a appris 20 minutes de sources policières.

Le propriétaire de la maison, soupçonné d’être son bourreau, a été tué par un policier adjoint qui fait désormais l’objet d’une enquête de l’IGPN, la police.

publicités

Cette histoire effroyable commence vers 23h15: un homme appelle la police, expliquant avoir aperçu dans un appartement un sac-poubelle dont la forme évoque celle d’un corps humain. Arrivés sur les lieux, des officiers forcent la porte et surprennent un individu en train de s’enfuir par le toit.

A l’intérieur, c’est une véritable scène d’horreur qui les attend : les officiers découvrent dans la cuisine, sous un sac poubelle, un corps dont il manque le bras droit et la tête. Cela se trouve dans un sceau dans la salle de bain. “Il a été en partie mangé”, précise la même source. De nombreux objets sataniques se trouvent également à proximité.

publicités

Les forces de l’ordre constatent par ailleurs la présence de nombreux objets sataniques à proximité.

Il a tenté de s’échapper

Il semble que le jeune homme voulait se rendre chez sa mère, qui habite non loin du lieu du crime. Quant au propriétaire de l’appartement de l’horreur, il s’agit d’un homme, Arthur A., de 32 ans déjà connu des services de police. Localisé dans la nuit de dimanche à lundi à Arles, l’individu a tenté d’échapper à la police mais aurait été retenu par un témoin, selon les informations de nos confrères.

Néanmoins, un policier adjoint a ouvert le feu sur le suspect, qui n’a pas survécu à ses blessures. L’auteur du coup fatal fait désormais l’objet d’une enquête de l’IGPN, la police des polices. «Il a pu être pris de panique, on connaissait la dangerosité de cet homme», indique une source au quotidien français.

Une enquête a été ouverte par l’IGPN, parallèlement à l’enquête sur la mort du mineur, menée par la PJ locale.

Franbuzz sur Facebook

Répondre