Épidémie de bagarres dans des cinémas lors des projections de « Creed III »

Les forces de l’ordre ont dû intervenir à la suite de rixes déclenchées dans plusieurs cinémas de France depuis la sortie de « Creed III » le 1er mars. Des bagarres ont éclaté à Tours et Dreux. La direction du cinéma drouais a depuis décidé de ne plus diffuser le film.

publicités

Plusieurs cinémas ont répertorié des bagarres et autres incidents pendant les séances de Creed 3. Mais que se passe-t-il avec ce film ? Interviewé, le dirigeant de la Fédération nationale du cinéma français parle d’un « épiphénomène » puisque une large majorité des séances se déroule très bien.

Une rixe a éclaté dans un cinéma du centre de Saint-Etienne, samedi, 4 Mars, après-midi, lors de la projection du film Creed 3, conduisant à l’arrêt de la séance et à l’évacuation de la salle par la police, a-t-on appris, le dimanche 5 Mars. Elle s’ajoute à deux autres bagarres qui ont éclaté le même jour à Thionville, en Moselle, et à Charleville-Mézières, dans les Ardennes, à l’issue desquelles la police a procédé à une et deux interpellations, selon une source policière.

publicités

Intervention de la police

Depuis la sortie mercredi du film américain Creed 3, qui a pour sujet le milieu de la boxe, plusieurs médias ont rapporté l’intervention de la police dans des cinémas de l’Hexagone pour mettre fin à des accrochages entre jeunes, dont une vidéo a notamment circulé sur les réseaux sociaux.

A Saint-Etienne, samedi après-midi,  « parmi les plus de 300 personnes présentes dans la salle, la police en a interpellées une vingtaine, relevant leurs identités avant de les remettre en liberté », a précisé, à l’AFP, un responsable du multiplexe Megarama. « Nous n’étions pas en capacité de ramener le calme. L’intervention de la police a été nécessaire pour mettre fin aux bagarres avec des jets de bouteilles, dont une a atteint la tête d’un de nos agents de sécurité », a-t-il ajouté.

publicités

En juillet 2021, la salle stéphanoise avait connu un précédent similaire à l’occasion de la sortie du film américain Fast & Furious 9. Un opérateur-projectionniste avait été « grièvement » blessé à la tête en tentant de ramener le calme, selon la même source. A ce jour, « il n’a toujours pas repris le travail », a-t-on conclu.

La projection n’avait pas commencé

A Charleville-Mézières, samedi soir, une autre rixe a éclaté dans le cinéma Métropolis, conduisant à l’intervention de la police, à l’évacuation de la salle et à l’interruption de la projection – qui n’avait pas débuté. Les policiers ont dispersé des personnes qui s’étaient rassemblées devant le cinéma pour en découdre.

Les deux personnes suspectées d’être à l’origine de la rixe, « un homme de 20 ans et un mineur » ont été placées en garde à vue pour « violence en réunion », a indiqué Magali Josse, la procureure de Charleville-Mézières.

Avec AFP