Espagne – France : Comment et pourquoi le but de Kylian Mbappé n’a pas été signalé hors-jeu ?

Vainqueurs (2-1) de l’Espagne en finale de Ligue des nations, les Bleus de Didier Deschamps ont bénéficié d’une décision arbitrale qui n’a pas fini de faire couler de l’encre en Espagne… Une décision finalement cohérente à la lecture du règlement. Explications.

publicités

C’est un but que les Espagnols n’arrivent pas à digérer. L’équipe de France a arraché un sacre en finale de Ligue des nations ce dimanche, grâce à un but de Kylian Mbappé à 10 minutes de la fin du match (2-1). Un scandale, pour la presse outre Pyrénées. L’attaquant tricolore semblait en position de hors-jeu sur le ralenti furtif aperçu en cours de rencontre. Depuis, les captures d’écran sont sans équivoque : Mbappé est bien hors-jeu sur la passe de Théo Hernandez. Mais dans ce cas, pourquoi l’arbitre anglais Anthony Taylor a-t-il validé le but ?

La réalisation de Mbappé  a été étudiée par l’arbitrage vidéo. Sur les images diffusées à la télévision, le natif de Bondy semble bien en position illicite au moment où le ballon quitte les pieds du latéral de l’AC Milan. Pourtant, M. Taylor a bien validé le 19e but de Mbappé sous le maillot bleu, après un contrôle très long de la VAR. Alors qu’est ce qui a motivé la décision du corps arbitral ?

publicités

« Un ballon joué délibérément » par Eric Garcia

S’ensuit un VAR-check de deux bonnes minutes. L’arbitre est entouré de joueurs espagnols, qui attendent une bonne nouvelle en direct du camion glacier posté à l’extérieur de San Siro. Celle-ci n’arrivera pas. Stupéfaction, le but est validé sans qu’on sache pourquoi. La théorie de « l’angle de vue des arbitres VAR qui diffère peut-être du nôtre en tribunes » a été évoquée sur le pupitre voisin, sans grande conviction. Même Sergio Busquets, pourtant pas le dernier à flirter avec les zones grises des règles du foot, est estomaqué.

« L’arbitre nous a dit qu’Eric Garcia voulait jouer le ballon et que ça annule le hors-jeu. Mais il voulait jouer le ballon car le ballon aurait atteint Mbappé qui était hors-jeu ! Ça n’a pas de sens ! » Même version des faits chez Cesar Azpilicueta. « Le hors-jeu est clair, mais l’arbitre dit qu’Eric Garcia a la possibilité de jouer (le ballon). Il ne prend pas la décision, c’est la VAR qui décide et ça, j’ai du mal à le comprendre. » Pour faire clair, Eric Garcia touche le ballon ou exprime l’intention de le faire et, de ce fait, remet Kylian Mbappé en jeu. Ça peut paraître fou, mais c’est possible si on applique cette règle en vigueur depuis une bonne dizaine d’années.

publicités

Que dit le règlement, justement ?

« Un joueur en position de hors-jeu qui reçoit un ballon joué délibérément par un adversaire, y compris de la main ou du bras, n’est pas considéré comme tirant un quelconque avantage de sa position, sauf en cas de sauvetage délibéré par un adversaire, peut-on lire dans le règlement de l’Ifab (International Football Association Board). Effectuer un sauvetage consiste à intercepter, ou tenter d’intercepter, le ballon qui se dirige vers le but avec n’importe quelle partie du corps à l’exception des mains ou des bras (sauf le gardien dans sa propre surface de réparation). »

En gros, et comme l’explique sur son compte Facebook l’ancien arbitre italien Luca Marelli, lequel précise en préambule ne pas être fan de ladite règle, si Eric Garcia avait involontairement touché le ballon, par exemple du talon parce qu’il courait vers son but en étant dos au jeu, Mbappé aurait été considéré hors-jeu. Mais dans le cas présent, l’arbitre considère qu’il y a intervention volontaire de l’Espagnol, et que celle-ci crée une nouvelle action, dans laquelle le numéro 10 des Bleus n’est pas en position irrégulière.

« Injustice »

En fait, tout s’est donc joué juste avant la prise de contrôle par Kylian Mbappé : le défenseur espagnol a touché le ballon pour intercepter la passe de Théo Hernandez. C’est l’intention qui doit être ensuite interprétée : voulait-il jouer le ballon ou simplement le sauver ? « Un joueur en position de hors-jeu qui reçoit un ballon joué délibérément par un adversaire (à l’exclusion d’un ballon ayant fait l’objet d’un sauvetage délibéré par un adversaire) n’est pas considéré comme tirant un quelconque avantage de sa position », précise le règlement. « Oui j’effleure le ballon et l’arbitre me dit que puisque que je joue le ballon, je remets en jeu Mbappé. Il m’a dit que j’aurais dû ne pas toucher le ballon. Cette règle est dure pour nous les joueurs », a regretté Eric Garcia sur la Cadena COPE.

En Espagne, ce but est vécu comme une véritable injustice. Dimanche soir, Josep Pederol, présentateur du célèbre talk-show El Chiringuito, qui a tweeté un simple « Injustice. Point ». Et ce lundi, le journal Marca, quotidien le plus lu en Espagne, titre dessus, avec ces mots : « Ils détruisent le football »… C’est peu dire que la défaite sera mal digérée d’autant qu’en première mi-temps il y a aussi cette main de Jules Koundé, qui leur faisait réclamer un penalty.

Application d’une règle absurde

L’absurdité étant, comme l’a remarqué Busquets, que c’est un joueur en position de hors-jeu qui pousse Garcia à commettre un acte qui remet l’attaquant en jeu. Si le défenseur de la Roja était resté comme un plot à attendre que Mbappé fasse sa besogne, il n’y aurait pas eu but. Mais à quel moment, dans le feu de l’action et sans vision latérale du jeu, un défenseur peut-il avoir la lucidité de se désintéresser du jeu, avec toutes les conséquences que ça peut avoir s’il juge mal la situation (ici, laisser filer un attaquant en un-contre-un avec le gardien) ? Conclusion : la décision se comprend au vu d’une règle qu’il convient de revoir. Et on peut donc difficilement en vouloir aux Espagnols de râler.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre