Fillettes retrouvées mortes près de Brest : La mère reconnaît être à l’origine des décès

Mercredi, deux fillettes de quatre et six ans ont été retrouvées mortes dans le Finistère. Leur mère, hospitalisée, a reconnu avoir donné la mort à ses enfants. Le procureur explique toutefois que la mère n’a pu donner de précisions sur la manière dont ses filles étaient mortes, évoquant « une amnésie totale sur cet épisode ».

publicités

L’enquête avance autour du décès des deux fillettes retrouvées mortes mercredi matin à leur domicile au Relecq-Kerhuon dans le Finistère. Deux jours après les faits, la mère de famille a « reconnu être à l’origine » de leur décès, lors de « sa première audition sous le régime de la garde à vue », a annoncé le parquet de Brest.

Toujours hospitalisée, elle a reconnu être à l’origine du décès de ses filles et a expliqué avoir cherché à les « endormir par médicaments », indique le procureur de la République dans un communiqué de presse. « En revanche, elle n’a pu donner des indications précises sur la manière par laquelle elle est parvenue à leur donner la mort », évoquant « une amnésie totale sur cet épisode ».

publicités

Une mort par noyade

L’autopsie des deux corps a été réalisée jeudi 22 juillet. « Celle-ci conclut à une mort par noyade […] Aucune blessure ni trace de violences externes n’ont été découvertes ».

Lorsque les pompiers, alertés par la grand-mère des fillettes, avaient ouvert la porte de l’appartement, ils y avaient trouvé la mère de famille « dans un état second ». C’est elle qui les avait conduits dans la chambre où reposaient les corps sans vie, avant de s’effondrer inconsciente devant eux.

publicités

La garde à vue de la mère levée

Après examen, « une plaie thoracique d’1,5cm peu profonde compatible avec un objet piquant, tranchant ou coupant » a été constatée sur le corps de la mère, précise le procureur, avant d’ajouter : « des examens d’imagerie effectués sur elle révélaient des lésions compatibles avec l’ingestion de produits caustiques. Des prélèvements étaient réalisés aux fins d’analyses complémentaires ».

Les résultats d’analyses ne sont pas encore connus mais les enquêteurs ont constaté « la présence dans la salle de bain d’une bouteille de produits caustique vide aux ¾ posée sur le rebord de la baignoire » ainsi que « la présence de plusieurs boîtes de médicaments en partie vides ».

La garde à vue de la mère a été levée au bout de quelques heures, en attendant une évolution de son état de santé.

Deux lettres découvertes

Lors de son audition à l’hôpital, la mère a précisé qu’elle avait voulu « disparaître avec ses deux filles ». Les enquêteurs ont également retrouvé dans l’appartement deux courriers, « l’un à l’attention du père des fillettes, et l’autre à l’attention de la famille de la mère des enfants. Les deux courriers faisaient état d’une séparation annoncée par le mari à son épouse le 14 mai dernier ».

Entendu par les gendarmes, le père, en formation professionnelle depuis plusieurs semaines à Saint-Malo au moment des faits, a confirmé cette annonce de séparation.

Une enquête pour des faits d’homicides volontaires sur mineurs de 15 ans a été ouverte et confiée à la gendarmerie de Brest

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre