Guerre en Ukraine: ce que se sont dit Macron et Poutine lors de leur entretien téléphonique du 29 mars ?

Ce mardi 29 mars, Emmanuel Macron s’est de nouveau entretenu au téléphone avec Vladimir Poutine. Suite à cet appel, l’Élysée a déclaré que, pour l’heure, une opération humanitaire à Marioupol n’était pas possible.

publicités

Un appel pour rien? Le nouvel entretien téléphonique entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, qui aura duré une heure, n’a pas entraîné d’avancées majeures dans le conflit ukrainien ce mardi soir.

L’opération humanitaire à Marioupol, souhaitée par le chef de l’État français et évoquée il y a quelques jours, n’a pas obtenu d’accord de la part de la Russie. « Vladimir Poutine a écouté nos demandes. Il a dit qu’il allait réfléchir et qu’il reviendrait vers nous », a expliqué l’Élysée.

publicités

Les combattants ukrainiens doivent cesser de résister ?

La France, qui travaille notamment avec la Grèce et la Turquie sur cette question, a notamment demandé un cessez-le-feu, un accès humanitaire et la protection des populations civiles. Pour l’heure, ces conditions ne « sont pas réunies à ce stade », explique l’Élysée, qui précise notamment qu’il n’y a pas de libre circulation des populations civiles et que l’approvisionnement humanitaire est difficile.

De son côté, Vladimir Poutine a affirmé que les forces armées ukrainiennes qui défendent actuellement le port stratégique de Marioupol devaient rapidement se rendre. Ce qui permettrait de venir en aide aux civils présents sur place.

publicités

Pour lui, et afin de trouver une solution à la situation humanitaire difficile à Marioupol, les combattants nationalistes ukrainiens doivent cesser de résister. Puis déposer les armes.

Il a, par ailleurs, informé son homologue français que l’armée russe avait pris des mesures pour fournir une aide humanitaire d’urgence. Et également assurer l’évacuation sécurisée des civils ukrainiens. Les deux dirigeants ont de plus évoqué les pourparlers russo-ukrainiens qui ont eu lieu ce mardi 29 mars à Istanbul. Mais aussi la décision de Moscou d’imposer le paiement en roubles pour ses exportations de gaz. D’après le Kremlin, il est convenu de poursuivre les contacts entre Poutine et Macron.

Plusieurs impasses

Concernant les négociations qui ont eu lieu à Istanbul, le président russe a estimé lors de cet échange téléphonique qu’il y avait eu des avancées. L’Élysée est de son côté plus réservé, alors qu’un entretien entre Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky est prévu « dans les prochaines heures ». « Nous constatons que les hostilités et violations du droit humanitaire sont toujours en cours », a fait valoir la présidence française.

Le dernier sujet évoqué a été le paiement du gaz russe. La Russie exige en effet que le règlement des factures se fasse en roubles, de manière, notamment, à contourner les sanctions occidentales. Emmanuel Macron est resté sur sa position en expliquant à Vladimir Poutine que cela n’était pas possible. La semaine dernière, le président français estimait déjà qu’il n’était « pas possible aujourd’hui de faire ce qui est demandé », et « pas contractuel ».

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre