Isère : 5 jeunes filles agressées sexuellement près d’un collège, l’agresseur remis en liberté sous contrôle judiciaire

Tout près d’un collège de Beaurepaire (Isère), un Tunisien de 17 ans est accusé d’avoir agressé sexuellement cinq collégiennes, âgées de 13 à 15 ans. Il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire après une mise en examen.

publicités

Un ressortissant tunisien âgé de 17 ans est soupçonné d’avoir agressé sexuellement cinq collégiennes, âgées de 13 à 15 ans, en l’espace de quelques heures, ce jeudi 24 juin. Les faits se sont passés non loin du collège Jacques-Brel à Beaurepaire.

Il a immédiatement compris que « quelque chose de grave venait de se passer »

publicités

L’une des cinq jeunes filles venait de quitter l’établissement pour se rendre à son domicile. Mais peu de temps après, elle est revenue sur ses pas. D’après le témoignage de son père, un surveillant du collège avait alors remarqué que « quelque chose de grave venait de se passer », en voyant la jeune fille revenir, ainsi que le relate Le Dauphiné libéré.

La jeune fille a en effet indiqué au surveillant qu’un adolescent l’avait abordée avec une attitude pressante envers elle. Il lui aurait ensuite touché les fesses et la poitrine. Le fait est que quatre autres jeunes filles ont tenu le même discours. Décrivant l’individu de façon similaire et relatant des attouchements identiques, les adolescentes n’ont cependant pas osé aborder le sujet plus tôt, rapporte encore Le Dauphiné.

publicités

Un ressortissant tunisien qui venait d’arriver sur le territoire national…

À la suite de quoi, en fin de journée, les gendarmes de Beaurepaire ont réussi à interpeller l’agresseur présumé, un ressortissant tunisien qui venait d’arriver sur le territoire national quelques jours auparavant.

Le mis en cause a ensuite été placé en garde à vue, avant d’être déféré au parquet de Vienne, indique le quotidien régional. Il a été présenté devant un juge des enfants, qui l’a mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs. Placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès, il a été  remis en liberté avec interdiction stricte de se rendre sur la commune de Beaurepaire. Il a fait l’objet d’un placement en urgence.

Quant aux parents des jeunes filles victimes d’attouchements, ils ont déposé plainte, précise encore le journal.

VIA: The Epoch Times fr

Franbuzz sur Facebook

Répondre