« Je prenais des cachets je pensais à la mort » : cette vidéo de Diam’s qui vient de sortir bouleverse les fans (VIDÉO)

Diam’s fait une rare apparition dans les premières images poignantes du documentaire qu’elle présente au Festival de Cannes de jeudi 26 mai. La bande-annonce du documentaire tant attendu, Salam, consacré à Diam’s vient d’être dévoilée. Et on peut de nouveau entendre avec grand plaisir, la rappeuse slamer sur sa vie personnelle.

publicités

Les fans de Diam’s ont longtemps attendu son retour et c’est avec une première bande-annonce de son documentaire que leur patience est récompensée. L’ancienne rappeuse a partagé la présentation de Salam, film qu’elle a réalisé avec les cinéastes Houda Benyamina (Caméra d’Or pour Divines) et Anne Cissé.

Ce jeudi 26 mai, le documentaire Salam est présenté au Festival de Cannes. Il a été co-réalisé par l’ancienne rappeuse iconique Mélanie Diam’s (qui, sans surprise, ne sera pas présente à Cannes) avec Houda Benyamina et Anne Cissé, et l’artiste y raconte pourquoi elle a mal vécu le succès, la notoriété, et explique son choix de mettre fin à sa carrière en 2010, alors que tout lui réussissait.

publicités

Bientôt diffusé sur la plateforme de streaming BrutX, et diffusé exceptionnellement au cinéma pendant deux jours du 1er au 2 juillet prochain, le documentaire se dévoile enfin dans une bande-annonce saisissante, où Mélanie Diam’s apparaît de dos sur la scène d’un Zénith de Paris totalement vide, puis quelques secondes de face dans les loges. En voix off, celle qui a toujours de nombreux fans raconte ce qui se passait dans sa tête et dans son corps à la fin des années 2000.

Le film sera montré au Festival de Cannes jeudi en avant-première mondiale, avant d’être disponible en salles les 1er et 2 juin, mais aussi sur la plateforme de streaming BrutX, Brut étant producteur du métrage.

publicités

«La musique était forte, tellement forte, elle étouffait le cri de mon âme, qui hurlait au secours. Tout le monde dansait, chantait, la salle était pleine mais pourtant pour moi tout était vide. Vide comme cette vie que je menais. Vide de sens, entourée de gens avides de fric, de filles, de débats stupides. J’étais vide mais je faisais semblant« , narre-t-elle d’une manière presque rappée qui nous renvoie instantanément quinze années en arrière.

Elle poursuit : «Semblant d’être bien. Mais je perdais la tête de plus en plus. Je prenais des cachets de plus en plus. Je me faisais du mal de plus en plus et puis je pensais à la mort de plus en plus mais je disais rien. Je continuais à faire semblant. D’ailleurs parfois je me demande… On était combien à faire semblant ?« . Voilà qui suffit à donner les frissons.

Son histoire

Si l’artiste a délaissé la chanson après s’être convertie à l’islam, elle n’a pas rejeté son amour des mots. En effet, on découvre dans ce trailer un slam inédit de l’interprète de Jeune demoiselle. Ce texte donne le ton du documentaire, qui retrace son succès dans le rap, sa dépression, son retrait de la vie publique et sa conversion à l’islam.

« Je prenais des cachets de plus en plus. Je me faisais du mal de plus en plus, et puis je pensais à la mort de plus en plus, mais je disais rien. Je continuais à faire semblant. D’ailleurs parfois, je me demande : On était combien à faire semblant ? », déclame-t-elle, alors que des images d’elle portant le hijab défilent.

Outre un livre sorti en 2015 (Moi, Mélanie, française et musulmane aux éditions Don Quichotte), Mélanie Georgiades, de son vrai nom, s’est essentiellement consacrée à sa vie de famille depuis 2012, donnant naissance à une fille, Maryam, lors de son premier mariage. Elle a épousé en secondes noces l’ancien rappeur Faouzi Tarkhani, qui s’était illustré en 2015 avec un billet sur Rue89 intitulé « Je suis devenu salafi grâce à l’école de la République ». Il y condamnait les attentats et réclamait un « droit à l’indifférence » pour être musulman wahhabite. Ils ont ensemble un fils, Abraham.

Reste à savoir si Diam’s est vraiment de retour ou bien si après la sortie de Salam, Mélanie Georgiades reprendra sa vie loin des caméras.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre