Jean-Daniel Flaysakier, médecin et chroniqueur santé de France 2, est décédé

Intervenant notamment sur les plateaux du JT de France 2 et « Télématin », le médecin qui avait pris sa retraite en 2018 a été retrouvé mort sur une plage des Sables d’Olonne (Vendée). 

publicités

Il intervenait régulièrement sur les plateaux de France 2 comme expert des questions médicales, nœud papillon flamboyant au cou. Jean-Daniel Flaysakier, a été retrouvé mort sur une plage des Sables-d’Olonne, en Vendée, le jeudi 7 octobre, a annoncé lundi 11 octobre France 2 lors de son JT de 13 heures. Âgé de 70 ans, il aurait été victime d’un malaise cardiaque.

« Il avait quitté la télévision en 2018, mais n’avait jamais quitté la médecine, rappelle France 2. Ces derniers temps, il travaillait à l’institut Gustave-Roussy de Villejuif, avec les femmes atteintes de cancer du sein. »

publicités

Originaire de Tours, le médecin de formation, spécialiste du cancer et formé à l’épidémiologie, avait commencé sa carrière de journaliste télé à France 2 (alors Antenne 2) au milieu des années 1980. Au journal télévisé ou dans l’émission Télématin, Jean-Daniel Flaysakier a été le visage grand public du journalisme médical pendant plus de trente ans jusqu’à 2018, et son départ de France 2, à l’âge de 67 ans.

Le médecin a été retrouvé sur la grande plage des Sables-d’Olonne en Vendée en fin d’après-midi ce jeudi 7 octobre, à la hauteur de la rue Travot. Il aurait succombé à un malaise alors qu’il se promenait sur la grande plage de la station vendéenne. Son corps n’a pu être identifié que ce week-end par la police nationale.

publicités

Très actif sur les réseaux sociaux

« Le fait d’être médecin, ça permet de décrypter l’actualité médicale un peu plus vite que le collègue, d’avoir un sens critique plus développé par rapport à ce que peuvent dire les experts et puis aussi d’avoir une curiosité à l’égard de sujets moins rebattus », avait poursuivi Le professionnel très à cheval sur l’éthique médicale comme journalistique.

Depuis, il collaborait avec l’Institut Gustave-Roussy pour des actions de lutte contre le cancer du sein. Jean-Daniel Flaysakier, qui tenait le blog santé docteurjd.com, était aussi très actif sur Twitter, où il comptait près de 40 000 abonnés.

Cet amateur de calembours (et d’échanges rugueux) twittait beaucoup sur la santé, par exemple pour promouvoir la vaccination contre le Covid-19, et sur la politique, pour fustiger le communautarisme et les extrêmes, de droite comme de gauche.

Ce lundi midi, dans le journal de 13h, le présentateur Julian Bugier a rendu hommage « à notre médecin préféré » avec son nœud papillon à chaque passage à l’antenne, avec « toujours son sens de la pédagogie ».

« Un travail de journaliste avant tout »

L’homme de télévision, célèbre entre autres pour ses nœuds papillon, avait officié pendant 33 ans sur les antennes de France Télévisions. Il intervenait régulièrement sur les plateaux des journaux télévisés de France 2 et de l’émission Télématin. Il avait pris sa retraite en 2018. Un hommage lui a été rendu pendant le JT de Julian Bugier ce lundi midi.

Jean-Daniel Flaysakier est né à Tours en 1951, où il étudie la médecine. C’est à la célèbre université américaine Harvard qu’il se spécialise en épidémiologie. « J’ai fait un travail de journaliste avant tout, au sein d’une rédaction, et avec les règles qui s’appliquent à ce métier », avait-il raconté à l’époque au Quotidien du médecin. « Le fait d’être médecin, ça permet de décrypter l’actualité médicale un peu plus vite que le collègue, d’avoir un sens critique plus développé par rapport à ce que peuvent dire les experts et puis aussi d’avoir une curiosité à l’égard de sujets moins rebattus », avait poursuivi le professionnel très à cheval sur l’éthique médicale comme journalistique. Depuis sa retraite médiatique, il travaillait à l’institut Gustave-Roussy de Villejuif auprès de femmes atteintes de cancer du sein.

Issu d’une famille juive, il avait aussi raconté à plusieurs reprises sur Twitter la déportation de plusieurs des siens dans les camps nazis pendant la Shoah.

L’annonce de son décès a suscité de nombreuses réactions du côté des professionnels de la santé ou des médias. Mac Lesgy s’est ainsi dit « très touché par la disparition » de celui qu’il décrit comme « un excellent journaliste et défenseur infatigable de la science et de la médecine ». « Médecin oncologue journaliste rigoureux et exigeant ami fidèle et joyeux… Quelle tristesse de ne plus pouvoir partager avec lui les choses de la vie ! », a réagi Claude Sérillon. Le médecin urgentiste Mathias Wargon a, lui, rendu hommage à un «combattant de l’ignorance medicale». « Ça a longtemps été le docteur de la télé. Je me souviens de son nœud pap et de ses jeux de mots pourris », a-t-il ajouté, citant deux aspects plus légers de la personnalité du médecin mais qui ont contribué à sa renommée.

Franbuzz sur Facebook

Répondre