Jonathann Daval moqué en prison pour ses TOC – « La maison de Barbie » (VIDEO)

Jonathann Daval a été condamné samedi par la cour d’assises de la Haute-Saône à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa femme Alexia, à l’issue d’un procès hyper médiatisé. Il a donc regagné sa cellule en prison, qui fait l’objet de moqueries.

publicités

Une fois le verdict prononcé, ce dernier a regagné sa cellule à la maison d’arrêt de Dijon où il est incarcéré depuis 2018. Il y est d’ailleurs régulièrement victime de moqueries de la part de ses codétenus en raison de ses TOC.

Ce lundi 23 novembre, sur le plateau de « Touche pas à mon poste », c’est Bernard Montiel qui a communiqué cette information. Le coupable serait « envahi par les tocs » et accorderait une importance extrême à la propreté. Pour cette raison, les détenus se moqueraient de lui, en qualifiant sa cellule de « maison de Barbie ».

publicités

Jonathann Daval victime de TOC

Incarcéré dans la maison d’arrêt de Dijon depuis trois ans maintenant, Jonathann Daval a regagné sa cellule sans faire appel du verdict. Surnommée « la maison de Barbie » par ses codétenus, cette fameuse cellule lui a valu de nombreuses moqueries. En effet, depuis son adolescence, Jonathann Daval est sujet à de nombreux TOC. Sur le plateau de TPMP, Bernard Montiel est revenu sur le profil psychologique de l’accusé.

Il y est stipulé que ce dernier est « envahi de TOC ». « On appelle sa cellule ‘la maison de Barbie’, tout le monde se moque de lui, parce que c’est tellement bien rangé, tellement nickel, tellement propre… » , a-t-il révélé à Cyril Hanouna et ses chroniqueurs. Ses troubles n’ont fait que s’accentuer avec le temps et provoquent chez Jonathann Daval des comportements que peu de gens parviennent à comprendre.

publicités

Un homme aux multiples facettes

Toujours dans son rapport psychiatrique, le psychiatre Jean Canterino évoque des TOC « sévères » qui ont évolué en amour (compulsif) de l’ordre, de la propreté et du rangement. Il va même jusqu’à qualifier sa personnalité « d’obsessionnelle ». C’est pourquoi en pénétrant dans la cellule de Jonathann, beaucoup pourraient être surpris par l’ordre qui y règne.

« Je suis un peu maniaque, j’aime que les choses soient bien rangées » , a reconnu le principal concerné. Il y a peu, le psychiatre Pierre Farge avait également évoqué « l’homosexualité refoulée » de Jonathann Daval.

A l’issue de ce procès, Jonathann Daval a fait savoir qu’il ne ferait pas appel de la décision de justice. L’ancien informaticien avait, avant le verdict, annoncé qu’il devait « payer » pour ses actes« peu importe la durée de la peine ». Quant aux parents de la victime, qui avaient « demandé la peine maximale », ils se sont dévoilés satisfaits. « C’est une très bonne décision. C’est exactement ce que j’espérais, ce que j’escomptais, c’est à la hauteur de notre souffrance et ça va nous permettre de tourner une page », a lâché Isabelle Fouillot, la mère d’Alexia, à l’issue de ces six jours de procès.

Franbuzz sur Facebook

Répondre