La cathédrale de Boulogne-sur-Mer saccagée par un touriste « américain », la police le découvre « couvert de sang »

La cathédrale Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) a subi des actes de vandalisme ce mardi 26 juillet dans la soirée. Un homme de 31 ans, «couvert de sang», a été interpellé.

publicités

Il aurait visiblement fait une « crise de folie ». Un homme « couvert de sang », a été interpellé dans la soirée de mardi à Boulogne-sur-Mer. Il avait littéralement saccagé l’intérieur de la cathédrale de la ville en utilisant un extincteur, rapporte CNews. Ce sont des témoins qui ont alerté le commissariat local, lequel a envoyé rapidement des effectifs sur place.

« Un acte accablant et inqualifiable »

Les photos publiées sur Twitter par la direction départementale de la sécurité publique du Pas-de-Calais montrent l’étendue des dégâts. Bancs et panneaux renversés, statues brisées au sol, autel saccagé, objets du culte détériorés… « Un acte accablant et inqualifiable », s’est indigné sur Facebook le maire de Boulogne-sur-Mer, Frédéric Cuvillier.

publicités

L’individu se trouvait « enfermé » dans l’édifice religieux

Chaises et bancs renversées, statues cassées, objets du culte éparpillés au sol, panneaux renversés, autel saccagé, la liste des dégâts était importante dans la cathédrale lors du bilan, ce mercredi 27 juillet. La Police Nationale est intervenue après avoir été alertée par des témoins. Sur place, les fonctionnaires ont découvert un « homme couvert de sang et en pleine crise de folie », ainsi qu’ils l’ont indiqué sur Twitter.

Interpellé, le suspect a été placé en garde à vue. Il semble que l’individu, un homme âgé de 31 ans de nationalité américaine, se trouvait « enfermé » dans l’édifice religieux, selon les premiers éléments du procureur adjoint, Patrick Leleu. Car en début de soirée, la cathédrale était fermée au public. Le procureur de la République adjoint souligne que son « état mental pose question » et un psychiatre doit d’ailleurs l’examiner à ce sujet.

publicités

Des dégâts estimés « à des milliers d’euros »

Quant au préjudice matériel, il est estimé « à des milliers d’euros », étant donné que des « pièces historiques et religieuses » qualifiées d’ « irremplaçables », mentionne Patrick Leleu, ont été abimées. Un nettoyage des lieus a été entrepris ce mercredi 27 juillet. Pour l’heure, la cathédrale est toujours fermée au public et ce, pour une durée indéterminée.

Le maire de Boulogne-sur-Mer, Frédéric Cuvillier, a déploré cet « acte accablant et inqualifiable » sur Facebook. Il a précisé que celui-ci « n’est, a priori, pas d’ordre revendicatif mais semble être le fruit d’un geste de démence ». Il s’est rendu sur place afin d’évaluer les conséquences de cet acte. Une enquête a par ailleurs été ouverte par le parquet de Boulogne-sur-Mer.

Avec Agences