La société Herta devant la justice après la mort d’un enfant de 3 ans qui s’était étouffé avec une saucisse

Ce lundi 25 janvier, La société Herta est jugé pour homicide involontaire devant le tribunal correctionnel de Dax après la mort de Lilan, un garçon âgé de 2 ans et 11 mois en 2014, après avoir ingéré un bout de saucisse de la marque.

publicités

Lilian, 3 ans, était décédé en 2014 alors qu’il mangeait le produit phare de la marque Herta. L’objectif du couple est de faire prendre conscience aux consommateurs et aux fabricants de la dangerosité de certains aliments.

Dans l’affaire du petit garçon de deux ans mort étouffé par une Knacki de la marque Herta dans un camping de Messanges (Landes) en 2014, le ministère public ce lundi a demandé la relaxe pour la société Herta. Le tribunal judiciaire de Dax rendra son délibéré le 8 février prochain.

publicités

Tous les gestes de secours réalisés

Il s’étouffe : le morceau de saucisse s’est coincé dans sa trachée. Parmi les amis du couple présent, une infirmière tente d’enlever le morceau de saucisse, elle pratique les gestes qu’il faut – dont la manœuvre de Heimlich entre autres, comme le rapporte le HuffPost.

L’arrêt cardiaque est constaté. Malgré le fait que l’infirmière arrivera à ôter le petit bout coincé à l’arrivée des secours, l’enfant ne pourra pas être réanimé. Il meurt sur place.

publicités

Florence et Vincent Lerbey, les parents de la petite victime ont décidé d’attaquer le fabricant de ces saucisses pour « homicide involontaire par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence » imposée par le Code de la consommation.

image: BFMTV

Relaxe requise

Lors du procès, ce lundi, la mère a lu avec émotion une lettre de la soeur de Lilian, aujourd’hui adolescente : « Au nom de Lilian, de personnes déjà parties et de victimes à venir, stop au silence, stop à la mort. »

Le courrier s’adresse également au PDG de Herta, Arnaud de Belloy, présent à l’audience : « Parfois, je me demande ce que vous allez dire devant le juge, si ça vous tracasse autant que nous.» « Comment oublier la mort de son petit frère ? » Le père de Lilian a également lu une lettre avec émotion.

Au terme de l’audience, le parquet a requis la relaxe. « Herta avait-elle l’obligation particulière par la loi » de mettre un message à l’adresse des consommateurs ? Non, a estimé la substitut du procureur Lucie Delage. L’affaire a été mise en délibéré au 8 février.

Nouvelle mention avec logo d’alerte

A l’époque, seule une « recommandation pour les plus jeunes » de couper en « tout petits morceaux » était indiquée sur les paquets.

Depuis 2015, à la demande de la famille Lerbey, une nouvelle mention avec logo d’alerte figure au dos des emballages : « Pour les enfants de moins de 4 ans, couper la saucisse dans le sens de la longueur puis en tout petits morceaux afin de prévenir les risques d’étouffement ».

Herta déjà condamné en 2018 pour une affaire similaire

Dans un récent communiqué, Herta précise avoir alors, « conformément aux souhaits » des Lerbey, incité les autres fabricants de saucisses à pâtes fines à reprendre ces termes, ce qu’ils ont « majoritairement » fait.

Les parents de Lilian souhaitent que ce texte soit mis à l’avant des paquets pour plus de visibilité. Ils aimeraient également une campagne publicitaire pour faire connaître ce risque qui a déjà été tragique pour quelques autres enfants.

En 2018, la cour d’appel de Paris a notamment reconnu Herta responsable du handicap d’une fillette de 3 ans qui avait frôlé la mort avec une « Knacki ball » six ans plus tôt, et indemnisé les parents, estimant que l’emballage ne prévenait pas suffisamment du danger potentiel.

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre