Le certificat sanitaire européen espéré pour la saison estivale

Le commissaire européen Thierry Breton a souligné dimanche qu’il était primordial de sauver la saison touristique. Le tourisme estival européen compte notamment beaucoup sur ce « passeport vert ».

publicités

Le passe sanitaire européen se précise. Les autorités européennes espèrent pouvoir déployer un passeport vert avant les vacances estivales pour permettre aux ressortissants de l’Union européenne de se déplacer librement sans avoir à respecter d’éventuelles mesures de quarantaine obligatoire en passant d’un pays à l’autre.

Annoncé le 1er mars par la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, le projet sera présenté en détail à Bruxelles mercredi 17 mars. Le commissaire au marché intérieur Thierry Breton a esquissé ses grandes lignes au micro d’Europe 1 ce dimanche 14 mars.

publicités

Le certificat pourra prendre une forme électronique ou papier afin de respecter ceux qui n’ont « pas envie de mettre ça sur leur smartphone », a précisé l’ancien ministre. Doté d’un QR code, il contiendra des informations permettant d’indiquer si une personne a été vaccinée contre le Covid-19, ou si elle a guéri, mais aussi si elle a reçu un résultat négatif (PCR ou antigénique) lors d’un dépistage récent.

Le document sera gratuit, décliné dans la langue de chaque pays et traduit en anglais. Il sera valable dans tous les pays de l’Union européenne. Ursula von der Leyen a indiqué début mars que le dispositif garantira la protection, la sécurité et la confidentialité des données.

publicités

L’Europe veut sauver la saison estivale

La mise en oeuvre de ce nouvel instrument pourrait prendre au moins trois mois. La Commission européenne espère pouvoir le déployer avant juin. « Il est primordial qu’on fasse tout pour préserver la saison touristique », a souligné Thierry Breton dimanche.

Le sujet ne fait pas l’unanimité au sein des Vingt-Sept. Certains États, comme l’Autriche ou la Grèce, plaident pour une adoption rapide afin de sauver la saison estivale. D’autres pays, comme la France, estiment que la question prématurée en raison des inégalités qui pourraient en découler dans la mesure où toute la population n’a pas encore eu accès à la vaccination.

En parallèle, la France travaille de son côté à la possibilité de proposer un laissez-passer numérique pour donner accès aux restaurants, musées et autres lieux culturels aux personnes ne présentant pas de risque de contamination, soit parce qu’elles sont vaccinées soit parce qu’elles ont passé un test négatif récent.

L’outil pourrait aussi être adossé à l’application TousAntiCovid et au futur système de QR codes sur lequel planchent les autorités depuis plusieurs semaines pour pouvoir retracer plus facilement les cas contacts et prévenir les clusters à la réouverture des lieux clos accueillant du public.

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre