Le compagnon d’Elisa Pilarski, tuée par un chien, mis en examen pour homicide involontaire

Christophe Ellul, propriétaire du chien Curtis, a été mis en examen «pour avoir par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité» causé la mort de sa compagne.

publicités

La jeune femme avait été retrouvée morte en novembre 2019 de morsures canines dans une forêt de l’Aisne, à Saint-Pierre-d’Aigle. Son compagnon, Christophe Ellul, est accusé d’avoir « involontairement causé sa mort ».

Un peu plus d’un an après le drame, le compagnon d’Elisa Pilarski a été mis en examen pour homicide involontaire, a indiqué le parquet de Soissons à l’AFP. La jeune femme, âgée de 29 ans et enceinte de 6 mois, avait été retrouvée morte le 16 novembre 2019 dans la forêt de Retz à Saint-Pierre Aigle, dans l’Aisne.

publicités

Selon le rapport d’autopsie, Elisa Pilarski est décédée des suites d’«une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête». En novembre 2019, une information judiciaire avait été ouverte contre X.

Christophe Ellul laissé libre, mais placé sous contrôle judiciaire

Des faits que Christophe Ellul a toujours réfutés. Pour le compagnon d’Elisa Pilarski, Curtis ne peut pas être à l’origine de sa disparition. En décembre 2020, Christophe Ellul avait organisé une conférence de presse pour clamer l’innocence de son chien.

publicités

Pour le parquet de Soissons, le compagnon d’Elisa a causé « involontairement » le drame. Le maître de Curtis a donc été mis en examen ce 4 mars 2021, une première dans cette affaire ultra-médiatisée. Placé sous contrôle judiciaire, Christophe Ellul a interdiction d’entrer en contact avec la famille d’Elisa Pilarski. « L’instruction va maintenant se poursuivre », a commenté le procureur de la République, Julien Morino-Ros.

Dressage « contre nature »

Christophe Ellul a toujours clamé l’innocence de son chien, désigné par l’accusation comme un « american pitbull terrier provenant d’un élevage des Pays-Bas et introduit illégalement en France par son acquéreur ». Le jeune homme avait mis en cause une meute de chasse à courre présente dans cette forêt de l’Aisne le jour du drame, affirmant qu’Elisa l’avait appelé, se disant « attaquée par plusieurs chiens ».

Mais seul le chien du couple, Curtis, a été incriminé par le rapport d’expertise de deux vétérinaires mandés par la justice, rendu le 31 octobre 2020. Ils sont formels : « Le chien Curtis est l’unique auteur des morsures ayant causé le décès. »

Les experts soulignent, en outre, que Curtis fait preuve d’un comportement de « prédation détourné de sa finalité » en raison de son dressage « contre nature », qui relève d’une « forme de maltraitance animale ». Le pitbull était, en effet, entraîné pour des concours interdits en France. L’animal est « obnubilé par le fait de mordre, quel que soit l’objet, et ne connaît pas l’inhibition de la morsure sur les humains, même familiers », constatent les experts.

Avec AFP

Franbuzz sur Facebook

Répondre