Le Covid décime sa famille non vaccinée dans les Vosges, elle lance un appel à la vaccination

Un drame familial à Courcelles-sous-Châtenois. Lundi 22 novembre, le quotidien régional Vosges Matin a rapporté la mort de trois membres d’une même famille dans ce petit village des Vosges, tous emportés par le Covid-19 en moins d’une semaine.

publicités

Trois visages, trois biographies, un même nom de famille. Le quotidien Vosges Matin a annoncé en début de semaine la mort d’un fils, de sa mère et de son père du Covid-19. Ils vivaient dans la même maison et ont tous été emportés par le Covid-19 la même semaine.

Ils n’étaient pas vaccinés contre le virus.  À Courcelles-sous-Châtenois, un village vosgien de 78 habitants, tout le monde connaissait la famille Py. Elle s’était établie dans la commune il y a plusieurs décennies. Le village est sous le choc.

publicités

Aucun des trois n’était vacciné. Cela a poussé la belle-fille du couple à lancer un appel contre le Covid-19. « Vaccinez-vous ! », prône-t-elle dans une vidéo avant de reconnaître ses réticences jusque-là. « On prenait un peu tout cela à la rigolade. Il a fallu que ça touche une famille entière pour comprendre… ».

“Vaccinez-vous!” 

C’est un drame familial et sanitaire. Ouafa Py, belle-fille des deux octogénaires et belle-sœur de Dominique, à lancer un appel on ne peut plus clair: « Vaccinez-vous ». Celle qui est aide-ménagère précise à nos confrères: « Aux enfants qui vont à l’école et qui ont leur mamie: s’ils ne sont pas vaccinés, qu’ils laissent leurs grands-parents tranquilles.» Car oui, « le Covid est encore présent ».

publicités

Une mise en garde réitérée sur BFMTV par le maire de la commune, Michel Humblot. « On n’est pas à l’abri, même si on est éloignés de tout, même si on ne sort pas beaucoup de chez soi. Pensons à nous faire vacciner, courons nous faire vacciner et gardons les gestes barrières encore un moment.»

Ouafa Py a quant à elle répété qu’il était essentiel de se vacciner, surtout pour les personnes souffrant de maladies chroniques. Et d’expliquer qu’au sein de sa famille, le virus était pris à la légère avant que le drame survienne. « Au départ, je ne voulais pas me faire vacciner, mais c’est grâce à ma fille qui nous a pris un rendez-vous sur Internet. Quand j’ai vu mon beau-frère allongé, je me suis dit que ma fille m’avait sauvé la vie.»

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre