Le débat entre Mélenchon et Zemmour fait un record d’audience pour BFMTV avec 3,81 millions de téléspectateurs

Organisé par BFMTV, le duel entre Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour a réalisé un carton d’audience sur BFMTV. La chaîne d’information arrive en tête des programmes jeudi soir, tout canal confondu, et décroche son deuxième plus gros score de toute son histoire.

publicités

Le coup médiatique orchestré par BFMTV a payé : jeudi soir, le débat opposant Jean-Luc Mélenchon à Eric Zemmour a réuni 3,81 millions de téléspectateurs, soit 18,7% de part d’audience (PDA). C’est le plus grand succès de la soirée, devant la série «Fugueuse» sur TF1 et surtout, très au dessus de «Elysée 2022» sur France 2, consacré à Valérie Pécresse.

L’émission, qui comportait une séance de débat face à Gérald Darmanin, n’a rassemblé que 1,05 million de personnes. Selon l’AFP, BFMTV réalise ainsi la deuxième meilleure audience de son histoire, derrière le débat organisé en avril 2017 entre les onze candidat à l’élection présidentielle, qui avait alors réuni 5,5 millions de téléspectateurs.

publicités

Le débat de jeudi a en outre été regardé par 500 000 jeunes de 15 à 34 ans, a précisé BFMTV à l’AFP vendredi. Ce n’est que la deuxième fois depuis sa création en 2005 qu’elle s’offre ainsi la plus haute marche du podium.

Loin derrière, France 2 est la première victime de ce succès d’audience. La chaîne du service public, qui lançait son émission politique de campagne avec Valérie Pécresse, a clairement souffert de la contre-programmation de la chaîne d’information. Le programme, baptisé «Elysée 2022», a tout juste dépassé a barre du million de téléspectateurs et ce, malgré un débat entre la patronne de la région Île-de-France et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

publicités

Avec ce débat très tendu entre le leader de la France insoumise et le possible candidat à la présidentielle, BFMTV devance ainsi TF 1 et sa série événement sur la prostitution adolescente « Fugueuse » (qui a réuni 3,6 millions de personnes et 18 % de parts d’audience), la série américaine de M 6 ( « 9-1-1 ») ou encore le magazine « Un jour un destin » de France 3 consacré à Jean-Jacques Goldman.

Eric Zemmour, qui a de nouveau refusé jeudi soir de dire si il était candidat à l’élection présidentielle, sature l’espace médiatique depuis la rentrée. Bien que privé de ses émissions quotidiennes sur CNews suite à une décision du Conseil supérieur de l’audiovisuel, le journaliste est omniprésent, notamment pour promouvoir son dernier ouvrage, «La France n’a pas dit son dernier mot», qui profite largement de l’exposition de son auteur. En une semaine, près de 80 000 exemplaires ont été vendus.

Échec anticipé à France Télé

Un différentiel -en forme d’échec- anticipé, la veille, par le groupe audiovisuel. Laurent Guimier, le directeur de l’information de France Télévisions évoquait, auprès de l’AFP, la “stratégie de course à l’audience” de BFMTV.  “Nous sommes dans une autre logique et notre obsession, c’est d’être dans l’actualité, pas de rechercher l’audience à tout prix”, avait-il insisté, accusant la chaîne d’info de “parasiter un programme concurrent” parce qu’elle s’inscrit dans “une stratégie de course à l’audience et de coups.”

“Notre responsabilité de service public, c’est de faire la part des choses”, martelait-il encore, citant “plusieurs temps démocratiques extrêmement forts” tels que la “primaire écologiste”, qui semble devoir être “traitée de façon plus conséquente sur nos antennes” qu’une ”éventuelle candidature”.

“Le jour où Eric Zemmour sera officiellement candidat à la présidentielle, s’il l’est, il sera reçu dans nos émissions d’information et dans nos émissions politiques” mais pas avant, expliquait-il, oubliant sans doute la participation d’Éric Zemmour à l’émission “On est en direct” de Laurent Ruquier et Léa Salamé, le 11 septembre dernier.

Avec Agences

Franbuzz sur Facebook

Répondre